Actualisé 01.10.2012 à 20:28

Match truqué - HandballLuka Karabatic a poussé sa compagne à parier

Luka Karabatic a demandé à sa compagne de parier pour lui a révélé cette dernière lors de son audition par les policiers dans le cadre de l'affaire du match de handball truqué.

Jeny Priez, la compagne du handballeur Luka Karabatic, a dit lors de sa garde à vue «avoir parié» pour son compagnon et à sa demande et «avec l'argent de celui-ci», a indiqué son avocat Me Antoine Camus.

Placée garde à vue depuis dimanche, 13h30, Jeny Priez «a immédiatement collaboré avec les officiers de police judiciaire en leur déclarant, spontanément et dès les premières minutes de son audition, la réalité des faits la concernant: avoir parié pour Luka Karabatic à la demande de celui-ci et avec l'argent de celui-ci», a affirmé l'avocat de la jeune femme, qui est animatrice sur NRJ12.

«En plein accord avec Luka»

«C'est une déclaration qu'elle a faite en plein accord avec Luka, son compagnon», a précisé Me Antoine Camus, qui regrette cependant les «pressions» qu'a fait subir un officier de police judiciaire à sa cliente, lundi matin, «la menaçant et la mettant en garde» alors qu'«elle était manifestement dans un état fragilisé par sa nuit en garde à vue».

Depuis, Jeny Priez garde le silence. Suspendue d'antenne par NRJ12, «le temps de l'enquête», elle réserve ses déclarations au juge d'instruction.

«Elle est là parce qu'elle est amoureuse d'un joueur. Ce n'est pas le personnage central du dossier, bien loin s'en faut», souligne son deuxième avocat Me Luc Castagnet.

«Très fortes suspicions de non-respect de l'éthique sportive»

Le procureur de la République à Montpellier, Brice Robin, a déclaré lundi qu'il existait «de très fortes suspicions de non-respect de l'éthique sportive» dans l'enquête sur le match de handball Cesson-Montpellier (D1) sur fond de paris sportifs.

«Il ressort de l'ensemble des investigations des enquêteurs que de très fortes suspicions pèsent sur le non-respect de l'éthique sportive à l'occasion de ce match litigieux», a déclaré le magistrat lors d'une conférence de presse.

«Des liens très étroits ont été tissés entre les joueurs et leurs parieurs. Pour ceux qui doutaient d'un pacte, il y a matière à se poser des questions très légitimes», a souligné M. Robin, évoquant «un match idéal pour parier» puisque Montpellier était déjà assuré de remporter le Championnat.

«Peut-on jouer normalement un match quand on a engagé personnellement des sommes aussi importantes et quand on sait qu'on a parié la défaite de son club?», a-t-il poursuivi.

Présentés au juge mardi

Le procureur a indiqué que les deux compagnes des frères Karabatic seraient les premières personnes présentées mardi au magistrat instructeur dans l'affaire du match de handball Cesson-Montpellier.

«Nikola Karabatic est mis en cause pour avoir retiré 1500 euros (1800 francs) et parce que sa compagne a parié pour son compte et retiré des gains», a précisé le magistrat, évoquant une situation similaire pour Luka Karabatic, son frère.

Des joueurs actuellement entendus seront aussi déférés mais le magistrat n'a pas voulu préciser lesquels, indiquant que le juge d'instruction «va devoir vérifier le degré d'implication de chacun des gardés à vue».

Dix-huit personnes en garde-à-vue

Dix-huit personnes au total ont été placées en garde à vue dans cette affaire. M. Robin a souligné qu'«aucun élément de suspicion ne pèse à l'encontre de Patrice Canayer», l'entraîneur de Montpellier qui a été entendu par l'équipe de Cesson, à la mi-temps du match incriminé le 12 mai, «passer un savon à son équipe dans les vestiaires». «Les deux responsables des clubs sont totalement innocents dans cette affaire», a-t-il insisté.

«Quand j'ai eu les éléments du dossier en main, moi non plus je n'y ai pas cru. J'ai refusé de croire que des joueurs aussi talentueux aient pu se laisser aller à de tels errements», a dit M. Robin, évoquant «l'appât du gain» pour seule explication.

Le montant total empoché grâce aux paris litigieux a été de plus de 250'000 euros (302'000 francs), pour une mise totale de 88'000 euros (106'000 francs), a-t-il précisé. (afp)

Trois joueurs remis en liberté, un nouveau en garde à vue

Trois handballeurs de Montpellier -Mickaël Robin, Vid Kavticnik et Wissem Hmam- ont été remis en liberté lundi tandis qu'un nouveau joueur du club, Issam Tej, a lui été placé en garde à vue dans la soirée, a-t-on appris de source proche du dossier.

Selon la même source, il s'agit d'une «remise en liberté technique», liée aux délais de garde à vue et au nombre de personnes à présenter éventuellement aux magistrats qui instruisent l'affaire à Montpellier. Elle ne présage en rien de la suite de la procédure à leur égard, a-t-on précisé.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!