Brésil: Lula a limogé 40 militaires affectés à la résidence présidentielle

Publié

BrésilLula a limogé 40 militaires affectés à la résidence présidentielle

Le président nouvellement élu s’était dit convaincu que les émeutiers qui ont pris d’assaut le Congrès et la Cour suprême, le 8 janvier à Brasília, avaient bénéficié d’une aide de l’intérieur.

Le 8 janvier, des bolsonaristes sont entrés dans le palais présidentiel du Planalto pour contester les résultats de l’élection présidentielle. 

Le 8 janvier, des bolsonaristes sont entrés dans le palais présidentiel du Planalto pour contester les résultats de l’élection présidentielle. 

REUTERS

Le dirigeant brésilien Luiz Inácio Lula da Silva a renvoyé 40 militaires affectés à la résidence présidentielle, après avoir promis un examen «approfondi» du personnel suite à la tentative d’insurrection du 8 janvier à Brasília.

La mesure, publiée mardi au Journal officiel, concerne des militaires affectés au palais de l’Alvorada, la résidence officielle du chef d’État, située à quatre kilomètres environ des sièges de la présidence, du Congrès et de la Cour suprême saccagés par des bolsonaristes une semaine après l’investiture de Lula.

Ce dernier avait annoncé jeudi dernier un examen «approfondi» du personnel affecté à la présidence, se disant convaincu que les émeutiers qui étaient entrés dans le palais présidentiel du Planalto avaient bénéficié d’une aide de l’intérieur.

Les graffitis des émeutiers appelaient à un coup d’État

Plusieurs milliers de partisans de l’ancien président d’extrême droite Jair Bolsonaro, qui refusent sa défaite électorale face à Lula fin octobre, ont semé le chaos dans la capitale le 8 janvier, envahissant les trois centres du pouvoir. Des infrastructures, des œuvres d’art inestimables et du mobilier faisant partie du patrimoine national ont été détruits par les émeutiers, qui ont laissé derrière eux des graffitis appelant à un coup d’État militaire.

«Je suis convaincu que la porte du palais de Planalto a été ouverte pour que les gens puissent entrer, car aucune porte n’a été cassée», avait déclaré le dirigeant de gauche. «Cela signifie que quelqu’un a facilité leur entrée ici», avait insisté Lula. «Comment pourrais-je avoir quelqu’un à la porte de mon bureau qui pourrait me tirer dessus?» s’était demandé Lula, estimant que «le palais était rempli de bolsonaristes».

Nombre de policiers doublé

Les autorités brésiliennes ont renforcé lundi la sécurité autour des centres du pouvoir à Brasília. Le nombre de policiers militaires postés à proximité du palais présidentiel du Planalto, du Congrès et de la Cour suprême a été porté de 248 à 500.

Plus de 2000 personnes ont été arrêtées après cette tentative d’insurrection, que le gouvernement a qualifiée d’«acte terroriste». Près de 1200 ont été incarcérées et le parquet a engagé des poursuites formelles contre 39 d’entre elles pour association criminelle armée, atteinte au patrimoine, violence contre l’État démocratique et incitation au coup d’État.

(AFP)

Ton opinion

2 commentaires