Espace – L’Uni de Berne veut mettre de l’ordre dans le ciel
Publié

EspaceL’Uni de Berne veut mettre de l’ordre dans le ciel

De nombreux satellites croisent au-dessus de nos têtes. Un observatoire bernois veut répertorier tout ce qui s’y trouve et éviter des collisions.

Thomas Schildknecht, responsable de l’observatoire de Zimmerwald (BE).

Thomas Schildknecht, responsable de l’observatoire de Zimmerwald (BE).

20min/Simon Ulrich

La société OneWeb veut offrir l’internet à large bande dans le monde entier avec 650 satellites. Elon Musk poursuit le même objectif avec le projet Starlink. Dans ce cas, ce sont 12’000 satellites qui vont être envoyés dans l’espace. Et de nombreux engins sont placés en orbite géostationnaire chaque mois.

L’observatoire de Zimmerwald dans le canton de Berne veut détecter tout ce qui croise en l’air grâce à sept télescopes. «L’objectif de nos recherches est de cataloguer tout ce qui est dans le ciel et de déterminer son orbite», explique Thomas Schildknecht, responsable de l’observatoire. Le but: éviter des collisions entre les satellites et les débris comme les fragments de ceux-ci ou des étages de fusée. Avec des bouts de plus de 10 centimètres, des chocs sont catastrophiques. «Le satellite touché se désintègre en des milliers de fragments» explique le spécialiste. Même des morceaux plus petits peuvent provoquer des catastrophes.

Abandonner sa vieille auto sur l’autoroute

Pour éviter ces collisions, il est préférable de ne pas produire de déchets au lancement, répond l’astronome. Mais, à chaque lancement de nouvel engin spatial, de nouvelles pièces se retrouvent dans l’espace et «c’est comme laisser sa vieille voiture sur l’autoroute», explique Thomas Schildknecht.

(clm/jbm)

Ton opinion