Fribourg - L’Université de Fribourg est parmi les plus mal loties
Publié

FribourgL’Université de Fribourg est parmi les plus mal loties

Victime d’un faible financement cantonal, l’UniFR ne dispose que de peu de ressources par étudiant, comparativement parlant.

par
Xavier Fernandez
L’UniFR doit se débrouiller avec moins d’argent que les autres.

L’UniFR doit se débrouiller avec moins d’argent que les autres.

fr.ch

Les députés Antoinette de Weck (PLR) et Grégoire Kubski (PS) s’inquiètent de l’avenir de l’Université de Fribourg (UniFR), dans un paysage devenu concurrentiel. Le problème? Elle ne dispose en moyenne que de 22’000 francs par an et par étudiant.

C’est peu, en comparaison à d’autres institutions similaires, la moyenne suisse se situant entre 30’000 et 35’000 francs. À Zurich et Bâle, les mieux loties, ce montant avoisine, voire dépasse, les 40’000 francs. Autrement dit, ces universités disposent de deux fois plus d’argent que l’UniFR pour ses étudiants.

Pour les deux élus, la cause de ce problème est à chercher du côté de la part du budget financée par le Canton. «Seuls Lucerne, Saint-Gall et le Tessin, qui ne sont toutefois pas des universités complètes, ont une part encore plus faible.

Ainsi, la part de financement du canton de Fribourg (pour l’année 2019) est d’environ 43%, alors qu’elle est d’environ 63% dans le canton de Vaud et d’environ 56% à Berne. Genève (67 %) et Bâle (63 %) sont aussi clairement devant Fribourg», détaillent-ils.

Dans le cadre de la planification pluriannuelle, constituant la base dans laquelle les enveloppes budgétaires annuelles nécessaires au bon fonctionnement de l’Université sont fixées, ils demandent au Conseil d’État s’il entend accroître ses apports pour que l’UniFR demeure compétitive et l’interrogent sur ses ambitions pour ladite université.

Ton opinion

12 commentaires