Publié

Mesures sanitaires «L’utilisation des tours de cou est acceptée dans les transports publics»

Une protection bucco-nasale sera obligatoire cet hiver dans les télécabines et téléphériques. Pour autant que les tours de cou respectent les normes fixées par l’OFSP, ceux-ci seront acceptés partout en Suisse.

par
Lauren von Beust
«Tout comme le masque, le tour de cou doit être touché le moins possible et changé régulièrement, notamment lorsqu’il devient humide», insiste le service de la santé publique valaisan. Photo d’illustration. 

«Tout comme le masque, le tour de cou doit être touché le moins possible et changé régulièrement, notamment lorsqu’il devient humide», insiste le service de la santé publique valaisan. Photo d’illustration.

Pool Alpin Schweiz  

Jeudi, l’Association des remontées mécaniques suisses (RMS) a annoncé que les tours de cou allaient pouvoir remplacer le masque dans les télécabines et téléphériques lors de la prochaine saison d’hiver. Cette protection bucco-nasale paraît en effet plus confortable et plus pratique pour les adeptes du sport qui devront porter le casque. Le service de santé publique valaisan a réagi peut après cette annonce : «L’utilisation des tours de cou est acceptée dans les remontées mécaniques, tout comme dans les transports publics, à condition qu’il soit mis en place et porté correctement.» Mais l’instance y tient : «Il faut rester attentif au fait que, tout comme les masques, le tour de cou doit être touché le moins possible et changé régulièrement, notamment lorsqu’il devient humide.»

L’OSFP le confirme : «Du moment que ces tours de cou répondent aux normes de la task force scientifique, ils peuvent être utilisés partout.» Il rappelle aussi ses recommandations concernant le type de masques à porter, tout en précisant que l’écharpe ou le foulard, eux, ne protègent pas suffisamment d’une infection et ne peuvent remplacer un masque.

Pas besoin de certification

Les RMS ont emboîté le pas. «Il n’est pas nécessaire d’avoir une certification de la Confédération pour ce qui est des tours de cou. Par contre, il est nécessaire que cette protection bucco-nasale remplisse certains critères, à savoir possède un filtre intégré qui corresponde aux normes de l’OSFP», déclare Berno Stoffel, directeur des RMS. Ces protections sont déjà imaginées en différentes couleurs et ornées de motifs rappelant la saison d’hiver.

Proposés par Pool Alpin, association d'achat des téléphériques et des entreprises de remontées mécaniques en Suisse, ces tours de cou seront disponibles notamment «dans les magasins de sport et dans les commerces des entreprises partenaires des RMS. Et c’est au fournisseur de s’assurer que les normes de l’OSFP seront respectées», complète Berno Stoffel.

Le tour de cou pourra remplacer le masque chirurgical cet hiver dans les télécabines et téléphériques notamment. 

Le tour de cou pourra remplacer le masque chirurgical cet hiver dans les télécabines et téléphériques notamment.

RMS

Les RMS assurent qu’au-delà des exigences gouvernementales, ces protections de ski sont conformes aux normes médicales européennes les plus strictes, et possèdent notamment «une certification DIN» de l’organisme allemand de normalisation. Le tour de cou en tissu multifonctionnel possède une poche intérieure réservée au filtre de type IIR, garantissant une protection spéciale (voir illustration ci-dessous).

Le tour de cou devra être muni d’un filtre. 

Le tour de cou devra être muni d’un filtre.

RMS

Mais à quel prix ?

Sur internet, on trouve déjà des tours de cou «antiCovid» pour 14 francs. Et, comme pour les masques en tissu, le marché en sera sûrement inondé. Mais il sera toutefois difficile de s’assurer de leur certification. «La dérive marketing ne doit pas primer la sécurité sanitaire», déclarait cet été Christian Chuard, spécialiste en infectiologie à l’Hôpital cantonal de Fribourg.

De son côté, le Service de la santé publique valaisan insiste : «Ni les tours de cou ni les masques, quels qu’ils soient, ne garantissent une protection totale contre le Covid-19. Il s’agit d’une mesure de protection qui, associée aux autres mesures – se laver les mains régulièrement, tousser dans le coude, respecter la distanciation sociale –, permet de limiter la propagation du virus, pas de la supprimer totalement. Nous en appelons à la responsabilité individuelle et recommandons à chacun de respecter scrupuleusement les gestes barrières.»

Règle sur les télésièges et téléskis

Même en montagne, les adeptes des sports d’hiver devront respecter les mesures sanitaires pour lutter contre la propagation du Covid-19 : «Les mêmes règles que celles des transports publics s’appliquent dans les remontées mécaniques: outre les mesures générales d’hygiène, le port d’une protection bucco-nasale est obligatoire dans les véhicules fermés. Ce n’est pas le cas sur les télésièges et téléskis», annonce le communiqué de l’association des Remontées mécaniques suisses. «Pour autant que l’on y soit avec des membres de sa famille», précise l’OFSP.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
548 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Sarah Proche

09.10.2020 à 11:27

Y a du fric à se faire, lunettes de ski avec masque intégré...à inventer et déposer le brevet, ou casque-masque y a de quoi réfléchir 😁

Christine

09.10.2020 à 11:13

Mais oui c est cela et pour l été masque et tuba. Et pour carnaval un masque de clown!

tigrou

09.10.2020 à 11:12

Avec tous ces dingues sur les pistes .... On est mieux à la maison au chaud. vive le confinement.