Lutte contre la discrimination à l'embauche
Actualisé

Lutte contre la discrimination à l'embauche

L'expérience menée à Genève ne convainc qu'à moitié. Aucun des trois employeurs genevois ayant participé à une expérience de recrutement sur CV anonymes n'adoptera cette pratique durablement.

Mais le test a permis de sensibiliser les responsables du personnel à la question de la discrimination à l'embauche.

La commune de Vernier, la Migros et les Services industriels de Genève ont tiré mardi un bilan de leur participation à l'expérience lancée par le Bureau de l'intégration. Pendant trois mois, le nom, l'âge, le sexe et la nationalité des candidats aux postes à pourvoir ont été gommés des dossiers transmis aux recruteurs.

Sur 22 places proposées au total, le test a permis l'engagement de quatre personnes qui auraient pu être discriminées en raison de préjugés sur l'âge ou le sexe. Il s'agit en l'occurrence de deux femmes, recrutées par les SIG pour des postes techniques, et de deux hommes d'un certain âge engagés par Vernier pour des tâches physiques.

Chartes adoptées

Comme les trois employeurs, le délégué à l'intégration Robert Cuénod se dit satisfait de l'expérience. Elle a permis de sensibiliser les recruteurs en les poussant à se focaliser sur les seuls critères de compétence et d'expérience. Plusieurs candidats au profil inhabituel ont pu défendre leurs chances au cours d'un entretien d'embauche.

Mais aucun des employeurs ne maintiendra à terme le recrutement sur la base du curriculum vitae anonyme. Principal argument avancé: la lourdeur de la charge administrative. L'expérience ne restera pas pour autant sans suite. Migros Genève abordera systématiquement le thème de la discrimination et introduira en septembre une charte interne.

Photos supprimées

La commune de Vernier prolongera la pratique du CV anonymisé jusqu'à la fin de l'année et adoptera également une charte. Les SIG feront davantage de place aux candidatures atypiques jusqu'à la phase de l'entretien d'embauche. Enfin, les trois employeurs supprimeront les photos des dossiers de candidature.

De son côté, le Bureau de l'intégration va se mettre à la recherche d'autres employeurs partenaires prêts à tenter cette expérience inédite en Suisse. En France, la nouvelle loi sur l'égalité des chances, qui n'est pas encore en vigueur, imposera la pratique du CV anonyme à toutes les entreprises de plus de 50 salariés.

En Suisse, la lutte contre les discriminations à l'engagement est aussi un thème d'actualité. Lundi encore, le parlement zurichois s'est prononcé sur l'idée d'attribuer les places d'apprentissage sur la base de candidatures anonymes. Combattu par l'UDC et le PRD, le projet a toutefois été rejeté.

(ats)

Ton opinion