Genève: Lutte payante contre les mégots jetés au sol
Publié

GenèveLutte payante contre les mégots jetés au sol

Les sanctions infligées à des fumeurs qui ont souillé le domaine public en Ville de Genève étaient en net recul l'an passé par rapport à 2018.

par
Léonard Boissonnas
Le nombre de cendriers dans les rues de la Ville s'élève à plus de 800.

Le nombre de cendriers dans les rues de la Ville s'élève à plus de 800.

Keystone/Magali Girardin

Les autorités municipales genevoises avaient mis le paquet en septembre 2018 pour lutter contre les mégots de cigarettes jetés par terre en lançant une importante campagne de prévention. Le combat contre ces résidus très polluants (un seul peut impacter 500 litres d'eau) semble payer, comme l'a relevé mercredi le conseiller administratif PDC Guillaume Barazzone, chargé du Département de l'environnement urbain et de la sécurité de la Ville de Genève (DEUS), lors des questions du Conseil municipal. Le nombre de contraventions pour cette infraction a été divisé par deux en 2019, alors que les contrôles ont augmenté. Ainsi, 114 amendes ont été dressées l'an passé contre 228 en 2018, a indiqué le magistrat démocrate-chrétien.

«La Voirie a installé 240 cendriers supplémentaires dans des endroits jugés problématiques depuis la fin de la campagne et a constaté visuellement une nette diminution des mégots jetés au sol autour de ces nouveaux cendriers», précise Cédric Waelti, porte-parole du DEUS. En tout, le nombre de cendriers fixes sur le domaine public de la Ville s'élève désormais à 807. En outre, durant la campagne, près de 10'000 cendriers de poche ont été distribués. Pour rappel, la campagne de prévention avait permis d'estimer le nombre de mégots au sol: 20 millions en deux mois. «C'est un chiffre qui a fonctionné comme un électrochoc pour beaucoup de gens et a permis d'évaluer l'ampleur du problème», note Cédric Waelti.

Le montant d'une amende pour un jet de mégot s'élève à 100 francs, indique le Service cantonal des contraventions. «Les sanctions de la police municipale, au-delà des montants communiqués, jouent aussi un rôle éducatif, souligne le porte-parole. Une partie de la population ignore que jeter son mégot par terre est une infraction et une source de pollution.» Chaque année, la Municipalité dépense 30 millions pour nettoyer la cité et ramasser les déchets jetés, dont les mégots, poursuit-il: «Il est donc essentiel pour la voirie de sensibiliser les gens et les inciter à respecter le domaine public.»

Ton opinion