Lutte pour le contrôle de Valora
Actualisé

Lutte pour le contrôle de Valora

Le conseil d'administration de Valora campe sur son refus d'accepter en son sein Adriano Agosti.

Les administrateurs du groupe bernois de distribution proposent en revanche aux actionnaires d'élire Conrad Löffel, Roland Benedick et Markus Fiechter.

Dans un communiqué publié lundi, le conseil d'administration de Valora recommande également aux actionnaires, qui se réuniront en assemblée générale extraordinaire le 30 janvier à Berne, de ne pas élire Geltrude Renzi. Il considère que les compétences de la directrice et administratrice de la société éponyme active dans le commerce de gros alimentaire et textile sont déjà représentées en son sein.

En revanche, à côté des candidatures de Roland Benedick, patron du groupe bâlois de grands magasins Manor, et de Markus Fiechter, chef de Jacobs Holding, Valora soutient désormais celle de Conrad Löffel. Agé de 61 ans, le Bâlois est un spécialiste de la finance et a notamment travaillé pour le voyagiste zurichois Kuoni ainsi que le groupe de transports bâlois Danzas.

Le conseil d'administration a par contre une nouvelle fois refusé la candidature de l'actionnaire Adriano Agosti. Le financier détient 4,1% de Valora à travers sa société GoldenPeaks Capital. Avec ses alliés, le groupe constitué autour de M. Agosti contrôle environ 22% du capital-actions de Valora, et 17% des droits de vote.

Surreprésentation d'Agosti

L'accepter dans le conseil d'administration mènerait «à une surreprésentation d'un seul actionnaire», estime l'organe de surveillance du groupe qui exploite notamment des kiosques outre- Sarine. De plus, accorder un mandat d'administrateur à M. Agosti, qui gère un fonds, ne serait pas compatible avec les règles de bonne gouvernance d'entreprise et pourrait entraîner des conflits d'intérêt.

Réagissant aux recommandations de l'organe de surveillance de Valora, GoldenPeaks Capital a réaffirmé sa conviction qu'un «nouveau départ rapide et fructueux» du groupe bernois nécessitait M. Agosti comme administrateur. Et de souligner une nouvelle fois les compétences de M. Agosti en matière de restructurations, avec notamment celle de l'éditeur Jean Frey.

Après avoir renforcé sa position en s'attirant la collaboration de quatre autres actionnaires, le groupe Agosti avait fait plier le conseil d'administration en exigeant la convocation d'une assemblée générale extraordinaire. Il a aussi réussi à éjecter Fritz Ammann de la présidence de l'organe de surveillance.

Le conseil compte pour l'heure six membres. La présidente par intérim Beatrice Tschanz, qui assure ce mandat en remplacement de M. Ammann, se retirera lors de l'assemblée générale ordinaire d'avril 2008. Mme Tschanz s'était fait connaître comme responsable de la communication de Swissair à l'époque de la débâcle de la compagnie aérienne.

Difficultés

Pour mémoire, Valora continue à souffrir de la faiblesse des affaires suisses de sa division Kiosk. Au premier semestre, le groupe a vu son bénéfice se réduire de plus de la moitié à 11,9 millions de francs, alors que son chiffre d'affaires a stagné à 1,43 milliard.

(ats)

Ton opinion