Actualisé 29.04.2015 à 18:11

Charlie HebdoLuz renonce à caricaturer le prophète Mahomet

Luz, dessinateur vedette de l'hebdomadaire satirique français Charlie Hebdo, cible d'un sanglant attentat jihadiste en janvier, annonce qu'il ne dessinera plus le personnage de Mahomet.

1 / 293
05.01.2017 De courtes et sobres hommages, avec dépôts de gerbes et minutes de silence, ont eu lieu jeudi à Paris en mémoire des victimes des attentats de janvier 2015 contre l'hebdomadaire «Charlie Hebdo»...

05.01.2017 De courtes et sobres hommages, avec dépôts de gerbes et minutes de silence, ont eu lieu jeudi à Paris en mémoire des victimes des attentats de janvier 2015 contre l'hebdomadaire «Charlie Hebdo»...

AFP/Eric Feferberg
...et le magasin Hyper Cacher, qui avaient fait 17 morts.

...et le magasin Hyper Cacher, qui avaient fait 17 morts.

AFP/Eric Feferberg
27.08.2016 Le beau-frère de l'un des auteurs de l'attaque contre Charlie Hebdo a été mis en examen pour «association de malfaiteurs terroriste en vue de préparation d'actes de terrorisme».

27.08.2016 Le beau-frère de l'un des auteurs de l'attaque contre Charlie Hebdo a été mis en examen pour «association de malfaiteurs terroriste en vue de préparation d'actes de terrorisme».

«Je ne dessinerai plus le personnage de Mahommet, il ne m'intéresse plus. Je m'en suis lassé», déclare-t-il dans un entretien au magazine Les Inrockuptibles paru mercredi.

La publication de caricatures du prophète Mahomet par plusieurs médias en 2006 avait fait scandale dans de nombreux pays musulmans et valu des menaces de mort aux collaborateurs de Charlie Hebdo, décimés dans l'attaque du journal par deux jihadistes, qui avait fait 12 morts le 7 janvier.

Alors qu'on l'interroge sur une déclaration de Philippe Val, l'ancien patron de Charlie Hebdo, qui avait estimé, peu après l'attentat, que les terroristes avaient gagné, il rétorque : «j'ai sauté au plafond en entendant ça».

«Les terroristes n'ont pas gagné. Ils auront gagné si la France entière continue d'avoir peur», conclut-il en estimant qu'il s'agit du «ressort» du parti d'extrême droite Front national.

Le numéro des «survivants» de janvier, avec la caricature de Mahomet dessinée par Luz en couverture qui tenait une pancarte «Je suis Charlie» et le surtitre «Tout est pardonné», avait suscité de nouvelles manifestations parfois violentes dans plusieurs pays musulmans.

Sorti une semaine après la tuerie, il avait été diffusé à 8 millions d'exemplaires, un record historique pour la presse française. (afp)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!