07.06.2019 à 22:49

«Ranz des vaches»«Lyôba» ne devrait pas devenir un hymne cantonal

Deux députés voulaient institutionnaliser le chant traditionnel comme hymne fribourgeois. Le Conseil d'Etat leur répond par la négative.

par
ywe
Sur les 11 chanteurs qui interpréteront le chant fribourgeois lors de la Fête des vignerons, deux sont Vaudois.

Sur les 11 chanteurs qui interpréteront le chant fribourgeois lors de la Fête des vignerons, deux sont Vaudois.

Fête des vignerons

L'idée avait été lancée en février, à quelques mois de la Fête des vignerons où le fameux chant traditionnel fribourgeois sera entonné dans l'arène par 11 chanteurs. Et si le «Ranz des vaches» devait, à cette occasion, devenir l'hymne cantonal fribourgeois?

Ne pas figer le chant

Le Conseil d'Etat vient de donner son avis sur la motion. Il la refuse en donnant des arguments bien fouillés, il s'agirait avant tout de protéger le chant. «Le Ranz des vaches doit rester un hymne populaire, entonné spontanément par les Fribourgeois, comme par les autres personnes touchées par les valeurs et les ambiances qu'il véhicule, sans être figé dans la législation de notre canton», estime le gouvernement, qui rappelle que le chant évolue avec les époques et que l'institutionnaliser ferait courir le risque le voir se figer.

Quelle version choisir, quelles paroles? Et choisir un hymne en patois alors que les langues officielles du canton sont le français et l'allemand serait-il vraiment pertinent? «En revendiquant pour lui seul le Ranz des vaches, le canton de Fribourg irait ainsi à l'encontre de l'esprit d'échange et de partage au cœur des manifestations lors desquelles il est justement chanté», note encore le Conseil d'Etat.

Par gain de paix

Et, puisque le chant rayonne largement au-delà des frontières cantonales, «le revendiquer pour hymne cantonal pourrait froisser les autres habitants de notre pays qui se reconnaissent dans ses valeurs et sa mélodie». Le débat qui serait suscité par une telle décision pourrait avoir des conséquences négatives et créer des polémiques.

Pour le Conseil d'Etat, refuser la proposition permettrait de conserver l'authenticité de la chanson, de perpétuer son rayonnement en se montrant ouvert aux autres cantons. Le Grand Conseil devra se prononcer sur la motion des deux députés.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!