M19: pas de miracle pour la Suisse
Actualisé

M19: pas de miracle pour la Suisse

La sélection suisse M19 n'est pas parvenue à réaliser l'exploit. Dans leur premier match du tournoi qualificatif pour le championnat d'Europe M19, les joueurs de Martin Trümpler se sont inclinés 3-2 face à la France. Dans l'autre rencontre du groupe 6, l'Italie a battu la Suède 2-0.

Sur la pelouse du stade Saint-Germain à Savièse, les jeunes Suisses ont livré une bonne partie. Bien organisés en défense, ils ont su faire douter les solides Français. Ce sont par ailleurs les Helvètes qui, les premiers, se sont mis en évidence par l'intenable Valentin Stocker, auteur d'un excellent match sur le flanc gauche. Le centre du joueur du FC Bâle tombait dans les bras du gardien adverse. Une phase de jeu symptomatique d'une équipe en manque de réalisme et de précision dans les derniers gestes.

A contrario, les Français trouvaient l'ouverture sur une de leurs premières occasions. A la 32e, Malonga se chargeait de conclure un contre magnifiquement mené sur l'aile gauche. Loin de se décourager la Suisse a poursuivi la lutte. Elle trouvait donc logiquement l'égalisation à la 61e par Fabian Frei. Quelques instants plus tard, un ballon galvaudé par la défense suisse faisait le bonheur des Français. La sélection de Luc Rabat reprenait l'avantage par le redoutable Malonga (63e) et portait un coup d'assommoir terrible sur le moral des Suisses.

A la 80e, Robert, rentré 4 minutes auparavant, tuait définitivement le suspense en inscrivant le 3-1 sur un contre fulgurant. La sélection à la croix blanche a eu le mérite de se relever et d'y croire jusqu'au bout. Elle trouvait récompense dans les arrêts de jeu en obtenant un penalty sur une faute de main. Frei le transformait pour donner au résultat des allures un peu plus justes.

Le manque de maturité

«Le manque de maturité a fait la différence ce soir. Je suis déçu bien entendu, nous nous sommes créés autant d'occasions que les Français», a avoué Michael Perrier, un des deux Valaisans de la sélection M19. Le joueur de Lugano garde cependant confiance. «Nous avons fait jeu égal avec la France, ce qui constitue un bon présage avant d'affronter l'Italie.»

Martin Trümpler demeure lui aussi optimiste. «Notre manque d'efficacité nous a coûté cher. Nos adversaires ont su, contrairement à nous, exploiter nos cadeaux, soulignait le Bernois. Néanmoins, nous avons bien joué et nous aurions mérité mieux.»

(pel) (si)

Ton opinion