Enlèvement à Soleure: «Ma femme et mes filles sont aux Philippines»
Actualisé

Enlèvement à Soleure«Ma femme et mes filles sont aux Philippines»

Un couple d'Alémaniques est recherché par la police car il n'a pas ramené ses deux filles samedi soir au foyer de Trimbach (SO). Le père de famille a été interpellé lundi vers midi.

1 / 7
La psychologue et militante du droit des femmes Julia Onken estime que «l'APEA n'est pas capable de gérer sa mission.»

La psychologue et militante du droit des femmes Julia Onken estime que «l'APEA n'est pas capable de gérer sa mission.»

Ennio Leanza
La caravane de Chrisitan Kast se trouverait sur le parking de la station-service Coop à Kloten, selon des photos prises par un journaliste de 20 Minuten.

La caravane de Chrisitan Kast se trouverait sur le parking de la station-service Coop à Kloten, selon des photos prises par un journaliste de 20 Minuten.

27.06 «Les enfants sont plus en sécurité qu'avec le KESB (l'autorité de protection de l'enfant et de l'adulte), je les ai envoyées aux Philippines et avec mon camping-car j'ai fait diversion. Maintenant je me rends à la police», aurait posté le père sur Facebook.

27.06 «Les enfants sont plus en sécurité qu'avec le KESB (l'autorité de protection de l'enfant et de l'adulte), je les ai envoyées aux Philippines et avec mon camping-car j'ai fait diversion. Maintenant je me rends à la police», aurait posté le père sur Facebook.

«Les enfants sont davantage en sécurité qu'avec le KESB (l'autorité de protection de l'enfant et de l'adulte (APEA), je les ai envoyées aux Philippines et avec ma caravane j'ai fait diversion. Maintenant je me rends à la police», aurait posté le père de famille lundi sur Facebook.

Deux filles de 2 et 6 ans, dont la garde a été retirée à leurs parents, sont portées disparues depuis samedi soir dans le canton de Soleure, en compagnie de leur père et de leur mère. Le père n'a pas ramené ses enfants dans leur institution après une permission de les emmener durant une journée.

Les deux fillettes n'ont pas été ramenées, samedi soir, comme prévu à l'établissement sociopédagogique de Trimbach (SO), indique lundi la police soleuroise. Christian K., 46 ans et sa femme de 29 ans, d'origine philippine, sont officiellement domiciliés à Sisseln (AG). La plus grande des filles était arrivée en Suisse il y a peu.

«Elles seront mieux là-bas»

Lundi en fin de matinée, nos confrères de «20 Minuten» ont pu entrer en contact avec Christian K. Ce dernier confirme que sa femme et ses filles sont aux Philippines: «Elles ont décollé samedi à 16h avec un vol Qatar Airways depuis Zurich. Elles seront mieux là-bas, nous pourrons construire un avenir. Afin de mettre la police sur une fausse piste, j'ai fait croire que nous étions partis avec notre caravane. Je l'ai abandonnée dans une station service», explique-t-il. Cette dernière se trouverait sur le parking de la station-service Coop de Kloten (voir diaporama).

Pour justifier cet «enlèvement» programmé, il avance que ses filles n'étaient pas heureuses sous la responsabilité de l'APEA: «Elles pleuraient souvent la nuit et demandaient à nous voir. Elles ne recevaient plus l'amour familial dont elles avaient besoin. Ma femme et moi avons décidé de prendre les rênes de notre vie. Ce n'est pas à l'Etat de nous dire quoi faire», poursuit-il, avant de qualifier le travail de l'APEA d'«inhumain» et de «non-professionnel» et d'accuser l'Etat d'utiliser les enfants comme «des mines d'or pour l'industrie sociale».

Problèmes d'adaptation

Sur les raisons qui ont conduit au placement de ses filles, Christian K. raconte: «C'est une question de différences de mentalités. Aux Philippines, tout l'entourage s'occupe d'eux. Lorsque ma femme s'est retrouvée ici, elle a été dépassée. C'est de ma faute et je me sens coupable pour cela», conclut-il. Dans une interview accordée à la chaîne de TV TeleM1, le père de famille a donné plus de détails. Ce sont des voisins qui auraient prévenu les autorités des difficultés de la famille. Et ces dernières auraient débarqué juste après que sa femme a piqué un crise de colère et «jeté des choses» dans l'appartement. Voyant les dégâts, les assistants sociaux auraient alors décidé de prendre les enfants avec eux.

Contacté, le ministère public du canton de Soleure annonce que Christian K. a été interpellé à son domicile argovien lundi et a remis à ses soins. «Une procédure a été ouverte à l'encontre des parents pour enlèvement de mineurs», explique sa porte-parole Cony Zubler. (20 minutes/ats)

Ton opinion