Neuchâtel: «Ma fille aurait pu s'étrangler avec ce truc»
Actualisé

Neuchâtel«Ma fille aurait pu s'étrangler avec ce truc»

Un étrange morceau de plastique bleu est apparu dans un cake au citron lorsqu'une jeune maman l'a découpé en tranches pour le goûter de ses enfants.

par
xfz
1 / 3
En coupant des tranches de cake, une jeune maman a découvert un étrange bout de plastique.

En coupant des tranches de cake, une jeune maman a découvert un étrange bout de plastique.

Lecteur reporter
Elle décrit l'objet comme étant fin et tranchant.

Elle décrit l'objet comme étant fin et tranchant.

Lecteur reporter
Pour l'heure, personne ne sait comment ce morceau de plastique s'est retrouvé là.

Pour l'heure, personne ne sait comment ce morceau de plastique s'est retrouvé là.

Lecteur reporter

Samedi dernier, Clémence* est allée faire ses courses de la semaine dans la filiale Migros de Peseux (NE). Elle y a acheté, entre autres, un cake au citron. Le lendemain, elle en a coupé quelques tranches pour le goûter de ses enfants. Mais lorsqu'elle était sur le point de servir sa petite dernière, elle a remarqué un bout de plastique bleu, fin et tranchant, à l'intérieur du cake. «Je me suis dit: «Eh ben, ça s'est joué à rien!» Ma fille aurait pu s'étrangler avec ce truc», raconte cette jeune maman.

Dès l'ouverture de la hotline Migros, lundi, elle a contacté le service clientèle du géant orange. Là, on lui a demandé des photos de son étrange trouvaille. «On prend toujours ce genre de cas très au sérieux, car il pourrait y avoir d'autres morceaux de plastique dans le lot», commente un porte-parole. D'après ce dernier, la machine servant à la production de ces cakes a immédiatement été inspectée, mais rien d'anormal n'a été détecté.

«Il s'agit d'un cas isolé»

Le jour même, Migros a demandé à Clémence de lui retourner le cake et le bout de plastique, pour tenter de comprendre d'où il pouvait bien venir. «Néanmoins, comme personne d'autre n'a signalé de problème et à la suite des contrôles internes, nous estimons vraisemblable qu'il s'agisse d'un cas isolé. Dès lors, les critères pour lancer un rappel de produit ne sont pas réunis», explique le porte-parole.

Jeudi, Clémence était toujours sans nouvelles. «En y repensant, je pense que j'ai moi-même mangé un tout petit bout de plastique, qui se trouvait dans une autre tranche. Mais ce qui me fâche le plus, c'est de n'avoir même pas reçu un mot d'excuses», déplore-t-elle. Et le porte-parole de souligner: «Nous regrettons que notre cliente ait vécu cette mauvaise expérience et ceci a été exprimé par oral lors des premiers contacts. Ce n'est cependant qu'une fois le fragment analysé et l'affaire éclaircie qu'elle recevra une lettre et un bon de dédommagement.»

*Prénom d'emprunt

Ton opinion