Actualisé 14.06.2019 à 05:20

«Switzerlanders»

«Ma Suisse, je l'associe avant tout à la famille»

Manuela Schwab vit et travaille à Oberwil bei Büren (BE). «Sa» Suisse, elle la vit le plus intensément dans la distillerie de sa famille.

de
Noah Zygmont/Julia Panknin
1 / 5
Manuela travaille dans lentreprise familiale, une distillerie qui fête son centenaire cette année.

Manuela travaille dans lentreprise familiale, une distillerie qui fête son centenaire cette année.

Manuela souhaite reprendre la distillerie de son père dans les cinq prochaines années.

Manuela souhaite reprendre la distillerie de son père dans les cinq prochaines années.

Entourée de forêt et de collines, le village d'Oberwil bei Büren (BE) est situé entre Soleure et Bienne (BE). La commune compte un peu plus de 800 habitants, dont Manuela Schwab. Agée de 30 ans, elle y a grandi, avant de déménager ailleurs, pour finalement y retourner. Son village natal est comme une grande famille, tout le monde se connaît. De quoi assurer la coopération professionnelle avec les établissements locaux. Manuela travaille dans l'entreprise familiale, une distillerie qui fête son centenaire cette année. Membre de la quatrième génération, son rêve lui a pour ainsi dire été transmis dès le berceau. Voilà pourquoi «sa» Suisse est avant tout associée à la famille et à la tradition.

Pérennité de la tradition

Quand on entre dans le magasin des Schwab, une odeur intense vous envahit les narines. En effet, il jouxte directement la distillerie – relativement petite avec ses quatre cuves de distillation en cuivre. L'artisanat y est encore à l'honneur. Le modèle commercial: «Les amateurs nous apportent leurs fruits et nous distillons leur propre eau-de-vie en moins de deux heures.»

Manuela souhaite reprendre la distillerie de son père dans les cinq prochaines années: «Je suis déjà entièrement impliquée dans les affaires, de la distillation à la comptabilité.» Les semaines de six jours sont courantes. Il n'y a pas d'employés qui ne soient pas de la famille. Une décision prise consciemment, selon Manuela. De quoi garantir la passion pour le travail et la pérennité de la tradition.

Conditions cadres politiques

Manuela a également des plans pour l'avenir: «Mon ­arrière-grand-père a jadis fondé l'entreprise en tant que distillerie mobile. Il faisait ainsi la tournée des village et distillait l'eau-de-vie sur place. En ce moment, je suis à la recherche d'une installation similaire, afin que la tradition ne tombe pas aux oubliettes.»

Quand elle pense à l'avenir, ce sont les conditions cadres politiques qui la préoccupent: «Je me demande ce que nous deviendrions si l'impôt sur l'alcool devait encore augmenter. Ou si nous devions coller ces affreuses étiquettes sur nos produits, comme pour les cigarettes».

Maintenant, c'est ton tour: ­envoie-nous ta vidéo sur

«Switzerlanders» est un projet culturel de Tamedia.

Michael Steiner explique le projet «Switzerlanders» et ce qu'il attend du matériel envoyé:

Switzerlanders: le lancement

Michael Steiner t'explique comment réaliser de belles vidéos:

Switzerlanders: marche à suivre

Présente-nous ta propre vision de la Suisse!

Envie de participer à la création du film «Switzerlanders»? Alors, munis-toi de ton smartphone ou d'un caméscope et partage avec nous, en une ou plusieurs vidéos, ta vision de notre pays, ta vie, tes épopées, tes sentiments et tes points de vue. Si aucune restriction n'est posée quant à la longueur des clips, ceux-ci doivent être impérativement filmés en mode paysage. Le jour de tournage, choisi pour représenter une journée ordinaire en Suisse, a été fixé au 21 juin. La date limite d'envoi est le 12 juillet 2019. Pour en savoir plus sur le projet et y participer: switzerlanders.20min.ch.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!