Actualisé 31.10.2013 à 05:16

Whitney Toyloy«Ma vie est un peu compliquée en ce moment»

L'ancienne Miss Suisse a été engagée par une chaîne de magasins pour tenir un blog sur la mode. Elle doit jongler entre ses études, son job et l'écriture. Pas si facile.

de
Julienne Farine

Au moins une fois par mois, Whitney Toyloy réalise le rêve de toutes les filles: choisir tous les vêtements qui lui font plaisir, les porter le temps d'un shooting, écrire des articles sur les tenues et pouvoir ensuite les garder. Mais elle ne perd pas de vue son objectif principal: terminer son bachelor à l'école hôtelière de Lausanne. L'an prochain si tout se passe comme prévu.

Depuis quelques semaines, vous écrivez des articles qui concernent la mode. Comment définiriez-vous votre style?

J'aime bien ce qui est confortable. Toute la semaine, à l'école, je suis en talons et en tailleur, donc j'aime changer le week-end. Je ne suis pas très originale, mais j'essaie de suivre la mode, je regarde ce qui se fait dans les magasins, dans les magazines et d'y apporter ma touche personnelle. Si vous saviez le temps que je prends pour choisir mes habits le matin. C'est pour ça que je le fais le soir d'avant (elle rit).

Vous écrivez sur le blog, vous avez un job d'étudiante, vous donnez des interviews: comment vous organisez-vous?

Ma vie est un peu compliquée ces temps. Tout est question d'organisation. Quand je décide de faire quelque chose, c'est soit je le fais à 100%, soit pas du tout. Mais il est vrai que je n'ai plus vraiment de temps libre. Quand je rentre chez moi, c'est juste pour dormir.

Prendre la pose, être maquillée et coiffée comme à l'époque de Miss Suisse vous manquait?

Je ne sais pas si ça me manquait. Quand j'étais Miss Suisse, en 2008, je faisais des shootings trois fois par semaine, je n'avais pas le temps de réellement apprécier ce que je faisais. C'est très agréable de se faire prendre en photo et ça change de mon quotidien.

Qu'est-ce que ça vous fait de vous voir sur des affiches?

C'est assez impressionnant. Même ça l'est un peu moins que quand j'ai été élue en 2008. C'est marrant de découvrir sa tête dans les magasins, gênant parfois aussi, quand on me reconnaît. Mais cela reste très agréable.

Vous aimez la mode, vous avez pratiqué le théâtre pendant cinq ans. On ne vous imagine pas faire des études aussi sérieuses que celles que vous suivez actuellement.

J'ai besoin de cet équilibre entre l'école et les photos. Je ne pourrais pas faire que des shootings, mais si je n'avais que mes études, je deviendrais folle! J'aimerais pouvoir travailler ensuite dans les domaines que j'aime, comme la mode et le luxe. C'est pour ça que je suis à l'école hôtelière.

Craignez-vous que votre titre de 2008 vous nuise dans vos recherches de travail?

C'est à double tranchant. Quand les gens me rencontrent, ils ont une image de moi assez fausse. Mais j'espère que ça va m'aider.

Avez-vous continué à suivre les élections de Miss Suisse après la fin de votre année de reine de beauté?

Je n'ai pas pu y aller cette année, car j'étais en vacances. Mais ma maman avait enregistré l'émission. Quand je peux me rendre à l'élection, c'est toujours un plaisir. Ce que j'aime, c'est que Miss Suisse évolue dans le temps. Dominique Rinderknecht (ndlr: Miss Suisse 2013) a les cheveux courts, rasés sur les côtés, dans certains pays c'est inimaginable d'avoir une Miss comme elle.

Si un jour vous avez des enfants, comment allez-vous leur parler de votre élection?

Je me demande d'abord comment ils l'apprendraient. C'est une expérience que j'aurai énormément de plaisir à raconter. J'aurai de quoi leur montrer, puisque ma maman a tout gardé. On a au moins trois ou quatre caisses remplies d'articles à la cave.

Depuis 2008, vous n'avez jamais vraiment disparu des médias. Comment vivez-vous cette attention?

Ca fait partie du jeu et ça ne me dérange pas plus que ça. Plus on avance dans le temps, plus on prend du recul. C'est vrai que quand on me contacte pour me demander pourquoi je me suis séparée de mon copain (ndlr: c'était il y a un an), ça fait partie des côtés que je préférerais éviter.

Suivez toute l'actualité des stars sur les réseaux sociaux avec «20 minutes»:

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!