Actualisé

DiplomatieMacron au Burkina, sa première étape africaine

Le président français a atterri lundi soir à Ouagadougou, première étape de sa tournée en Afrique.

Emmanuel Macron reçu par le président Kaboré à son arrivée à Ouagadougou. (Lundi 27 novembre 2017)

Emmanuel Macron reçu par le président Kaboré à son arrivée à Ouagadougou. (Lundi 27 novembre 2017)

AFP

Le président français Emmanuel Macron est arrivé lundi soir à 22h50 (heure locale et GMT) à Ouagadougou (Burkina Faso), première étape d'une tournée africaine de trois jours qui se poursuivra en Côte d'Ivoire et au Ghana. «C'est une nouvelle étape de notre relation avec votre pays et tout un continent», a affirmé le président français à la presse, quelques minutes après avoir été accueilli par le président burkinabè Roch Marc Christian Kaboré.

Le Burkina «est l'emblème de l'aspiration démocratique de la jeunesse africaine. Cette vitalité démocratique de la jeunesse du Faso c'est le visage du continent que nous voulons voir», a-t-il poursuivi en faisant allusion à l'insurrection populaire --à laquelle avaient participé des milliers de jeunes-- qui avait mis fin à 27 ans au pouvoir de l'ancien président Blaise Compaoré en octobre 2014.

La mobilisation de la jeunesse avait aussi contribué à faire échouer le putsch de septembre 2015 conduit par l'ancien régiment de sécurité présidentielle de Blaise Compaoré. «J'ai voulu rendre hommage à tout cela en faisant de Ouagadougou la première étape de ma tournée africaine», a insisté M. Macron.

Questions-réponses «sans filtre»

Comme ses prédécesseurs, le chef de l'Etat français profitera de cette première tournée sur trois pays pour fixer le cadre de la politique africaine de son quinquennat, en s'adressant à la jeunesse. Après une entrevue avec le président burkinabè Roch Marc Christian Kaboré, il prononcera un discours devant 800 étudiants de l'Université de Ouagadougou, le temps fort de son voyage. Il se prêtera ensuite au jeu des questions-réponses «sans filtre» avec les étudiants, alors que plusieurs organisations ont appelé à manifester contre la présence française en Afrique.

Mercredi, il visera la centrale solaire géante de Zagtouli, la plus grande d'Afrique de l'Ouest, avant de partir pour Abidjan, la capitale économique ivoirienne où se déroule le cinquième sommet Europe-Afrique. Il y retrouvera les chefs d'Etat et de gouvernement de l'Union africaine et de l'Union européenne, en tout plus de 80 dirigeants des 55 pays africains et 28 pays de l'UE.

Avec le président ivoirien Alassane Ouattara, il inaugurera le chantier du métro d'Abidjan, un projet colossal financé par un prêt français de 1,4 milliard d'euros et conduit par de grandes entreprises françaises.

Dernière étape, le Ghana, un pays anglophone choisi pour illustrer la volonté française d'une approche «continentale» de l'Afrique", pour redresser l'image et l'influence de la France au delà de ses anciennes colonies. (nxp/afp)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!