Arabie Saoudite - Macron rencontre «MBS» pour veiller à la «stabilité» dans le Golfe
Publié

Arabie Saoudite Macron rencontre «MBS» pour veiller à la «stabilité» dans le Golfe

Après les Émirats arabes unis et le Qatar, le président français se rend en Arabie saoudite où il doit discuter avec le prince héritier Mohammed ben Salmane.

Le prince héritier Mohammed ben Salmane rencontrera Emmanuel Macron samedi. 

Le prince héritier Mohammed ben Salmane rencontrera Emmanuel Macron samedi.

AFP

Le président français Emmanuel Macron doit rencontrer samedi à Jeddah, sur la côte ouest de l’Arabie saoudite, le prince héritier Mohammed ben Salmane, homme fort du royaume, pour veiller à la «stabilité» dans le Golfe et discuter notamment de la situation au Liban. Emmanuel Macron effectue une tournée express dans le Golfe. Il est attendu dans cette grande cité portuaire saoudienne au lendemain d’une visite dans les Émirats arabes unis.

Il sera l’un des premiers dirigeants occidentaux à rencontrer «MBS» depuis l’assassinat en 2018 du journaliste saoudien Jamal Khashoggi au consulat de son pays à Istanbul. L’image du prince héritier à l’international a été fortement ternie par cette affaire. Le chef de l’État a jugé vendredi nécessaire de parler à l’Arabie saoudite, «premier pays du Golfe en termes de taille», pour pouvoir «œuvrer à la stabilité de la région». Mais cela «ne veut pas dire qu’on est complaisant», a-t-il assuré, en faisant allusion à cet assassinat.

«Je note que l’Arabie saoudite a organisé le G20 dès l’année qui a suivi (l’affaire Khashoggi) et je n’ai pas noté que beaucoup de puissances ont boycotté le G20», a-t-il encore relevé. «Nous avons toujours été clairs sur le sujet des droits de l’Homme ou cette affaire».

Crise libanaise

Face à MBS, il entend en particulier plaider la cause du Liban où la crise économique a été aggravée par la crise diplomatique ouverte en octobre avec plusieurs États du Golfe, au premier rang desquels l’Arabie, qui avait gelé ses importations. Ces efforts devraient profiter de la démission, annoncée vendredi, du ministre libanais de l’Information George Kordahi, à l’origine de la crise pour avoir critiqué l’intervention militaire de Ryad au Yémen. Saluant cette démission, Emmanuel Macron a exprimé ses espoirs de «pouvoir réengager l’ensemble des pays du Golfe dans la relation avec le Liban». Il est en effet très impliqué depuis un an pour aider le Liban à sortir de la pire crise socio-économique de son histoire.

Les relations entre Beyrouth et les États arabes du Golfe se sont tendues ces dernières années en raison de l’influence croissante du Hezbollah pro-iranien. «La France a un rôle à jouer dans la région (…) mais comment vouloir œuvrer à la stabilité de la région, comment vouloir traiter du Liban et traiter de tant de sujets en ignorant le premier pays du Golfe en termes de géographie et de taille», a souligné le président français.

Les Émirats arabes unis ont signé vendredi, au premier jour du déplacement présidentiel dans le Golfe, un accord pour acquérir 80 avions de combat Rafale – commande record pour l’avion de chasse entré en service en 2004 – pour 14 milliards d’euros. D’autres contrats militaires (hélicoptères et armements) ont fait grimper le total à 17 milliards.

Après Dubaï, où il s’est entretenu avec le prince héritier d’Abou Dhabi Mohammed ben Zayed Al-Nahyane, le président français a rencontré au Qatar l’émir cheikh Tamim ben Hamad Al-Thani. Emmanuel Macron a notamment «remercié» le Qatar d’avoir organisé l’évacuation de 258 Afghans, «menacés en raison de leurs engagements» ou «de leurs liens avec la France», qui seront rapatriés vers l’Hexagone après être passés par Doha.

Plainte à Paris

Au moment même de ce déplacement présidentiel, une plainte a été déposée vendredi à Paris avec constitution de partie civile visant les princes héritiers d’Arabie saoudite et des Émirats arabes unis, notamment pour financement du terrorisme. Les plaignants, des victimes de la guerre au Yémen, accusent ces deux pays d’avoir noué une «alliance» avec le groupe jihadiste Al-Qaïda, a expliqué leur avocat Joseph Breham.

L’Arabie saoudite, alliée des États-Unis, intervient au Yémen depuis 2015 à la tête d’une coalition militaire en soutien au gouvernement face aux rebelles Houthis, appuyés politiquement par l’Iran, ennemi de Washington et rival régional de Ryad. Les Émirats ont retiré leurs troupes du Yémen en 2019 mais restent membres de la coalition.

Les autorités saoudiennes n’ont pas donné suite aux sollicitations de l’AFP à ce stade. Également contacté, le pouvoir émirati n’avait pas de commentaire à faire dans l’immédiat.

(AFP)

Ton opinion