Madame résistance n'est plus
Actualisé

Madame résistance n'est plus

Lucie Aubrac, figure de la résistance française, est morte à l'âge de 94 ans à l'Hôpital suisse de Paris à Issy-les-Moulineaux.

Sa vie a été adaptée au cinéma par le réalisateur Claude Berri en 1997.

"Elle était hospitalisée depuis deux mois et demi. Elle est décédée ce soir (mercredi) à 20h30", a déclaré à Reuters sa fille Catherine, jointe par téléphone. Née en juin 1912 près de Mâcon, Lucie Bernard dite Aubrac avait obtenu l'agrégation d'histoire à la fin des années 1930 et épousé Raymond Samuel en 1939.

Après avoir milité contre la montée du fascisme, elle rejoint les rangs de la résistance à l'occupation allemande dès 1940 en participant à la création du mouvement Libération-Sud, qui publie le journal Libération.

Elle effectue des missions d'information puis joue, enceinte de son deuxième enfant en 1943, un rôle majeur dans l'évasion de son mari lors d'un transfert, après son arrestation à Caluire avec Jean Moulin et d'autres chefs de la Résistance par la Gestapo dirigée pour la région de Lyon par Klaus Barbie. En février 1944, le couple gagne Londres.

Après la guerre, Lucie Aubrac reprend son métier d'enseignante qu'elle avait interrompu en entrant dans la clandestinité après l'évasion de 1943. Elle ne cesse alors de militer en faveur de la paix et de livrer, à travers de nombreuses conférences, le témoignage de son engagement dans la Résistance.

Elle avait écrit plusieurs livres, dont "Ils partiront dans l'ivresse" (1984) et "La résistance expliquée à mes petits enfants" (2000). Sa vie a été adaptée au cinéma par le réalisateur Claude Berri en 1997. Elle était incarnée à l'écran par l'actrice Carole Bouquet.

(ats)

Ton opinion