Madonna, grande philosophe
Actualisé

Madonna, grande philosophe

Avant ses concerts parisiens, Madonna revient sur ses 22 ans de carrière dans un entretien avec «VSD», où elle se demande si «tous les sacrifices» consentis l'ont «rendue meilleure».

Revenant sur le succès de son album aux sonorités disco «Confessions On A Dance Floor», qui s'est écoulé à neuf millions de copies dans le monde, l'ancienne «Material Girl» se souvient que «la dance music, le disco marquent le point de départ de (sa) carrière», et que pour elle, «tout a commencé avec l'écoute d'un 'maxi' en discothèque».

Si elle regrette de ne plus pouvoir «foncer seule sur la piste et danser la nuit durant sans personne pour (la) déranger», Madonna explique qu'il lui arrive encore en tournée «de sortir en boîte avec quelques danseurs» pour satisfaire à son habitude «de remuer dans tous les sens».

«Mes enfants adorent tout ce que je fais. Mon mari (le réalisateur Guy Ritchie, NDLR), lui, n'est pas très fan», lâche aussi Madonna, au sujet de sa famille.

«Le peu de temps libre que j'ai, je le réserve à mes enfants», justifie la star qui a fêté le 16 août ses 48 ans. «Alors patinoire, pizza, DVD ou promenade à cheval avec ma fille, ça peut vous paraître ennuyeux, mais c'est ainsi».

Si aujourd'hui son quotidien rime avec succès, gloire et fortune, «à la fin de ma vie, toutes ces choses auront-elles encore de l'importance?», s'interroge Madonna. «C'est une question philosophique, (...) j'ai fait beaucoup de sacrifices et je me demande forcément à quoi ils ont servi, s'ils m'ont rendue meilleure». (ap)

Ton opinion