Actualisé 08.04.2017 à 19:48

EspagneMadrid exige que l'ETA demande pardon

L'organisation séparatiste basque espagnole a procédé samedi à son «désarmement total».

ETA (Euskadi Ta Askatasuna, Pays Basque et Liberté), née en 1959 dans la lutte contre le franquisme, a renoncé en octobre 2011 à la lutte armée, après 43 ans de violences au nom de l'indépendance du Pays Basque et de la Navarre et 829 morts attribués à son mouvement clandestin. (Photo d'archives - 2011)

ETA (Euskadi Ta Askatasuna, Pays Basque et Liberté), née en 1959 dans la lutte contre le franquisme, a renoncé en octobre 2011 à la lutte armée, après 43 ans de violences au nom de l'indépendance du Pays Basque et de la Navarre et 829 morts attribués à son mouvement clandestin. (Photo d'archives - 2011)

Keystone

Des «dizaines d'armes» et «plusieurs centaines de kilos d'explosifs» ont été découverts par la police française, a annoncé la justice française dans un communiqué. L'organisation séparatiste basque espagnole ETA a remis samedi matin une liste de caches d'armes à la France.

La police judiciaire a ouvert une enquête. Celle-ci servira à déterminer si certaines armes ont été utilisées dans le passé par l'organisation qui avait annoncé il y a quelques jours son «désarmement total».

L'organisation séparatiste basque espagnole, qui a renoncé à la lutte armée en 2011, a fourni dans la matinée au procureur de la République de Bayonne, dans le Pays Basque français, une liste de huit caches d'armes et d'explosifs, situées dans la région frontalière de l'Espagne. Celles-ci constitueraient ce qu'il reste de son arsenal.

«Sur les sites indiqués, ont été découverts, dans des bidons et sacs, des dizaines d'armes de poing et d'épaule, des milliers de munitions, plusieurs centaines de kilogrammes d'explosifs et produits entrant dans la composition d'explosifs, plusieurs centaines de détonateurs et retardateurs», a énuméré le parquet de Paris dans un communiqué.

«Défaite définitive»

Le gouvernement conservateur espagnol a exigé samedi que le groupe séparatiste basque ETA «demande pardon» et annonce sa «dissolution définitive». Ceci après avoir remis une liste de ses caches d'armes aux autorités françaises.

La remise des armes signifie «la défaite définitive» de l'ETA «face à la démocratie espagnole», a souligné le gouvernement de Mariano Rajoy dans un communiqué. Les membres du groupe «ne peuvent attendre aucun traitement de faveur du gouvernement», a réitéré Madrid.

«La seule réponse logique à cette situation est d'annoncer sa dissolution définitive, de demander pardon à ses victimes et de disparaître, au lieu de monter des opérations médiatiques pour dissimuler sa défaite», a affirmé le gouvernement espagnol.

«Les terroristes (de l'ETA) ne peuvent espérer aucun traitement de faveur du gouvernement et encore moins l'impunité de leurs crimes», a encore insisté Madrid. (nxp/afp)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!