Publié

VenezuelaMaduro veut tripler la production pétrolière vénézuélienne

Le Venezuela produit actuellement un peu plus de 400’000 barils par jour, ce qui était son niveau pendant les décennies 1930 et 1940.

Lorsque Nicolás Maduro est arrivé au pouvoir en 2013, la production nationale dépassait les 3 millions de barils/jour (mbj).

Lorsque Nicolás Maduro est arrivé au pouvoir en 2013, la production nationale dépassait les 3 millions de barils/jour (mbj).

AFP

Le président du Venezuela Nicolás Maduro s’est engagé mardi, dans un discours au parlement, à porter prochainement à 1,5 million de barils la production pétrolière quotidienne du pays, qui actuellement dépasse à peine 400’000 barils.

«Nous sommes prêts (…) à atteindre l’objectif de 1,5 million de barils dans les prochains mois», a déclaré le président socialiste, qui présentait devant l’Assemblée nationale, parlement unicaméral du Venezuela, son rapport annuel de gestion. Lorsque Nicolás Maduro est arrivé au pouvoir en 2013, la production nationale dépassait les 3 millions de barils/jour (mbj).

Selon le dernier rapport de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), le Venezuela, qui dispose des plus importantes réserves de pétrole du monde, produit actuellement un peu plus de 400’000 mbj, ce qui était son niveau pendant les décennies 1930 et 1940.

Sanctions financières américaines

L’offre vénézuélienne, qui était déjà en forte baisse en raison selon des experts d’une mauvaise gestion et d’une corruption massive, a fini de s’effondrer avec l’imposition par les États-Unis de dures sanctions visant à provoquer la chute de Nicolás Maduro, non reconnu par Washington qui le qualifie de «dictateur».

Dans son discours de mardi, Nicolás Maduro a déclaré que «les pertes pour le Venezuela uniquement dues à la chute de la production pétrolière» sont supérieures à 100 milliards de dollars (88,6 milliards de francs) depuis 2015. Il en a accusé les sanctions financières américaines.

Cette chute de la production a aggravé la crise économique que connaît le Venezuela, avec une hyperinflation et sept années de récession. Elle a même entraîné une sévère pénurie d’essence dans le pays, particulièrement en province.

(AFP)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!