Actualisé 17.12.2017 à 07:57

ConcoursMaëva, Miss France 2018, «forte et libre de dire non»

Maëva Coucke, une étudiante en droit de 23 ans et de 1,76 mètre, originaire de la région Nord-Pas-de-Calais, est la nouvelle Miss France. Elle s'engagera contre les violences faites aux femmes.

1 / 10
Maëva Coucke, une étudiante en droit de 23 ans et de 1,76 mètre, originaire de la région Nord-Pas-de-Calais, est la nouvelle Miss France.

Maëva Coucke, une étudiante en droit de 23 ans et de 1,76 mètre, originaire de la région Nord-Pas-de-Calais, est la nouvelle Miss France.

AFP
Maëva Coucke, une étudiante en droit de 23 ans et de 1,76 mètre, originaire de la région Nord-Pas-de-Calais, est la nouvelle Miss France.

Maëva Coucke, une étudiante en droit de 23 ans et de 1,76 mètre, originaire de la région Nord-Pas-de-Calais, est la nouvelle Miss France.

AFP
Maëva Coucke, une étudiante en droit de 23 ans et de 1,76 mètre, originaire de la région Nord-Pas-de-Calais, est la nouvelle Miss France.

Maëva Coucke, une étudiante en droit de 23 ans et de 1,76 mètre, originaire de la région Nord-Pas-de-Calais, est la nouvelle Miss France.

AFP

Maëva Coucke a été choisie parmi trente jeunes femmes de 18 à 24 ans, venues des 22 régions de la France et des huit territoires d'outre-mer.

Deux mois après le déclenchement de l'affaire Harvey Weinstein, la cérémonie, qui se tenait à Châteauroux et en direct à la télévision, a été dédiée à la cause des femmes.

Un clip en noir et blanc, intitulé «Les Miss se mobilisent contre les violences faites aux femmes», a été diffusé juste avant le défilé en maillots de bain. «Je suis libre de choisir qui je veux, libre de dire non... Je suis forte, confiante, je suis belle, je suis moi», pouvait-on entendre dans cette courte vidéo.

Peu auparavant, Miss Nord-Pas-de-Calais avait posté sur son compte Twitter la tenue qu'elle arborerait pour la pré-sélection devant le jury, avec un effet «boomerang» du meilleur effet.

Une tuée tous les trois jours

«Il ne faut pas oublier que l'année dernière en France, tous les trois jours, une femme est morte sous les coups de son mari», a rappelé Iris Mittenaere, Miss France 2016 sacrée Miss Univers en 2017.

L'annonce du thème de l'émission n'avait pas convaincu les associations féministes qui voient dans la cérémonie une célébration de la «femme-objet».

La ministre française chargée de l'égalité, Marlène Schiappa, avait cependant salué une occasion «de sensibiliser un grand nombre de familles assises devant leurs téléviseurs». À la fin octobre, l'élection de Miss Pérou, retransmise en direct à la télévision, avait été utilisée par les candidates pour dénoncer les violences faites aux femmes.

«Mon nom est Camila Canicoba et mes mensurations sont 2202 «féminicides» en neuf ans dans mon pays», avait lancé une candidate péruvienne. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!