Suisse: Magasins: distance sociale difficile à respecter
Actualisé

SuisseMagasins: distance sociale difficile à respecter

Les clients des seuls commerces ouverts semblent faire attention de ne pas se rapprocher trop près les uns et des autres.

Difficile en revanche d'éviter certains frôlements dans les magasins et les rayons les plus étroits.

Difficile de toujours respecter la distance sociale recommandée par les autorités. Certains commerces dits essentiels optent pour des règles strictes, d'autres sont plus laxistes. Petit tour d'horizon à Lausanne, dans les quartiers de la gare et sous-gare, en mode très ralenti.

Dans l'ensemble, les clients des seuls commerces ouverts et visités mardi par Keystone-ATS semblent faire attention de ne pas se rapprocher trop près les uns et des autres. Une certaine prudence était clairement visible, avec une clientèle souvent clairsemée. Difficile en revanche d'éviter certains frôlements dans les magasins et les rayons les plus étroits. Géométrie plus variable aussi aux caisses.

«C'est plutôt calme aujourd'hui comparé à hier (lundi) en fin de journée et les gens font plutôt attention», dit une employée dans une grande Coop de quartier. Les recommandations de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) sont affichées à l'entrée et aux caisses. Un gros flacon de désinfectant est installé à la sortie du supermarché, visiblement très utilisé.

Un peu plus loin, dans une grande succursale Migros, même ambiance clairsemée, sans pour autant pouvoir éviter de nombreux croisements rapprochés de clients. Aux caisses, une agente de sécurité surveille le flux des clients et les distances entre eux. Certaines caissières sont masquées ou gantées, mais de loin pas toutes.

Attendre dehors

Pareil chez Denner, masques ou gants à bien plaire apparemment. Lorsque les clients arrivent en nombre pour payer, une caissière n'hésite pas à rappeler à l'ordre de la bonne distance sociale.

Dans deux boulangeries de quartier, les clients faisaient clairement la queue à bonne distance. Pareil dans plusieurs kiosques. «Certaines personnes attendent dehors dès qu'il y a déjà deux ou trois personnes à l'intérieur», témoigne un kiosquier installé sous-gare. Il constate par ailleurs une nette hausse des ventes de cigarettes et de journaux, mais pas des jeux de hasard.

Plus bas dans le quartier, dans une pharmacie Amavita, c'est trois personnes maximum à la fois dans le magasin. Le personnel est masqué et ganté.

Scotchs au sol

L'exemple de mesures plus strictes est observé à la pharmacie Sunstore de la gare de Lausanne. L'entrée côté gare a été fermée et une personne gantée avec un masque distribue les billets numérotés pour faire la queue à la seule entrée ouverte, côté place de la gare. Maximum dix personnes dans le magasin. De larges scotchs sont collés au sol tous les mètres pour cadrer la distance sociale.

Aux guichets CFF, là aussi, de gros scotchs jaunes sont collés au sol devant chaque employé qui accueille les clients. Comparé aux jours ordinaires, il y a très peu de monde aux guichets et une atmosphère au ralenti dans et autour de la gare de manière générale.

Frappante, sinon, l'impuissance face à l'échange d'argent de main en main. Si certains mettent des gants aux caisses des magasins, d'autres se montrent plus résignés ou fatalistes, non sans inquiétude parfois, voire énervement. «On se désinfecte ou lave les mains le plus souvent possible», disent plusieurs commerçants interrogés.

Comparé aux jours précédents quand il y avait encore de nombreux rassemblements dans les parcs ou jardins publics de la ville, l'ambiance était mardi là aussi nettement plus au ralenti. Avec clairement moins d'agglutinements sociaux, notamment aux balançoires et toboggans de plusieurs places de jeux. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion