Actualisé 23.12.2019 à 15:45

Suisse romande

Magasins et vitrines envahis de slogans anglais

En cette période de fêtes et d'achats, les termes anglo-saxons s'affichent de plus en plus. La liberté économique le permet.

de
Frédéric Nejad Toulami
1 / 8
kein Anbieter
kein Anbieter
kein Anbieter

«Pre-sale», «Christmas circus», « Trainee», ... Si vous flânez dans les rues commerçantes des centres-villes, vous avez intérêt à maîtriser un peu la langue de Shakespeare. Difficile d'échapper aux anglicismes marketing dans la plupart des magasins ou leurs vitrines. Outre les désormais classiques «Sale» et «Christmas», d'autres termes s'affichent, pas toujours compréhensibles. Comme l'immense offre d'emploi en vitrine quelques jours avant l'ouverture d'un restaurant de burgers au centre-ville de Lausanne: «Now Hiring».

La liberté économique prime sur la cohérence linguistique

Le Conseil d'Etat du canton de Neuchâtel avait bien tenté en 2013 d'empêcher cette invasion d'anglicismes dans les vitrines, lors d'une révision de la loi sur la police du commerce. Mais une majorité de députés cantonaux avaient enterré cette volonté, car elle contrevenait à la liberté économique.

Président de l'association Défense du français, Didier Berberat dit ne pas baisser les bras. «Dénoncer cette dérive n'est pas un combat d'arrière garde», estime cet ancien député au Grand Conseil neuchâtelois puis conseiller aux Etats à Berne.

«Chaque commerce est libre d'assurer sa promotion comme il le souhaite pour autant qu'il respecte la législation en vigueur, souligne Helena Druey, de la Fondation pour le commerce lausannois. Nous n'avons jamais abordé ce point et j'avoue que d'autres sujets sur le commerce nous paraissent plus préoccupants que celui- ci. D'ailleurs ce sont souvent les chaînes qui utilisent les anglicismes pour simplifier et économiser.»

«Absurde et incompréhensible»

«Ce à quoi nous assistons là devient ridicule, tonne Didier Berberat. Les magasins en question pensent que ça fait jeune, mais utiliser les termes hiring et trainee devient absurde et même incompréhensible, y compris pour les jeunes.» Un twitto ironisait par exemple sur la période des soldes dans le commerce affichant le terme anglais pour apprenti: «Cela fera donc «sale trainee»?» Contrairement à la Suisse, la France avec la loi dite Toubon et le Canada avec la Loi 101 ont adopté il y a plusieurs années déjà un cadre légal pour imposer l'usage du français.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!