Equipe de Suisse: Magnin: «Yakin est sûrement le prochain»
Actualisé

Equipe de SuisseMagnin: «Yakin est sûrement le prochain»

Retraité international depuis 2010 (63 sélections), Ludovic Magnin a, comme tout le monde, été pris de court par l'annonce de la retraite internationale d'Alexander Frei et de Marco Streller. Interview.

par
Grégory Beaud

Ludovic Magnin, êtes-vous surpris de cette nouvelle?

Surpris? Oui et non. Cela devenait vraiment pénible pour eux. Je suis triste de remarquer que ce sont toujours les mêmes qui sont traités comme des boucs-émissaires à l'issue de chaque défaite. Il serait important de ne pas oublier ce que ces deux joueurs ont fait pour l'équipe nationale durant toutes ces années.

Était-ce la même chose au moment de votre fin de carrière internationale?

Ce que je peux vous dire, c'est que Benjamin Huggel et moi avons su nous arrêter au bon moment. Cela me fait de la peine de voir cette équipe de Suisse actuelle qui ne fait plus rêver personne. C'était peut-être la bonne décision au bon moment d'arrêter. Il faut sentir ce genre de choses et ne pas continuer dans le vide.

Selon vous, ils ont poursuivi pour rien?

Je ne dis pas ça. Par contre, je n'ai pas compris la non-retraite d'Alexander Frei. Il dit qu'il arrête, mais diffère sa décision après la rencontre en Angleterre. Ce n'est pas comme ça que j'aurais fait les choses. Lorsque l'on arrête, il faut que ce soit clair et net. Là, on imagine qu'il ne sait pas sur quel pied danser. Ce n'est bon pour personne.

Et maintenant, qui va jouer en attaque pour cette équipe de Suisse?

Ce n'est pas mon problème! Je pense qu'Hakan Yakin sera le prochain à arrêter. A ce moment-là, il ne faudra pas pleurnicher. Les jeunes qui veulent la place l'auront et il faudra alors qu'ils soient à la hauteur. De nos jours, j'ai l'impression qu'un jeune est immédiatement meilleur qu'un vieux, peu importe s'il a prouvé sa valeur ou non. Qu'ils fassent aussi bien que nous durant toutes ces années!

Ton opinion