Bienne (BE): Maintien de la scolarisation des francophones
Actualisé

Bienne (BE)Maintien de la scolarisation des francophones

Les élèves francophones de Nidau (BE) continueront à fréquenter des écoles dans leur langue à Bienne.

Les citoyens de cette commune germanophone ont refusé dimanche à 54,5% de supprimer l'article du règlement scolaire qui offre cette possibilité aux écoliers de langue française.

Les citoyens ont donc désavoué leurs autorités. Le Conseil municipal et le Conseil de Ville avaient invoqué des raisons financières pour justifier l'abandon de cette pratique en faveur des francophones. Les écoliers romands coûtent quelque 150'000 francs par an à la commune.

La suppression de l'article 4 du règlement scolaire a été refusée par 1139 voix contre 951. La participation à ce scrutin, qui clôt une campagne très émotionnelle, s'élève à 47,8%.

Plus de 20% de francophones sont domiciliés à Nidau, commune limitrophe de Bienne. Actuellement, 86 enfants effectuent leur scolarité obligatoire dans des classes biennoises où les cours sont donnés en français.

«Touche pas à mes Welsch»

C'est sur proposition du Conseil municipal que le Conseil de Ville de Nidau avait décrété en novembre 2013 qu'à l'avenir tous les écoliers seraient scolarisés à Nidau, en allemand. Cette décision avait suscité la colère et l'incompréhension du Parti radical romand (PRR) à l'origine du référendum intitulé «Touche pas à mes Welsch à Nidau».

Pour les partisans du maintien des subventions, Nidau aurait commis une sérieuse entorse au bilinguisme en acceptant de supprimer cette prise en charge de la scolarisation des enfants francophones. Cette disposition a été adoptée à 1959 par le législatif nidowien. Pour les partisans de cette nouvelle réglementation, la Ville de Nidau n'avait pas les moyens de se payer le luxe du bilinguisme. (ats)

Ton opinion