04.11.2020 à 13:45

FootballMais d’où sort Diogo Jota, la révélation de ce début de saison?

L’attaquant de Liverpool est l’attraction de ce début d’exercice européen. A Liverpool, il a même réussi à bousculer la hiérarchie.

von
Florian Müller
Diogo Jota a inscrit un triplé mardi soir en Ligue des champions.

Diogo Jota a inscrit un triplé mardi soir en Ligue des champions.

KEYSTONE

Puisqu’on ne sait pas combien de temps cette saison européenne va encore durer, il s’agit d’en savourer chaque curiosité. Voilà un attaquant qui débarque de nulle part (pour les profanes) ou presque (Wolverhampton) et qui bouscule la ligne d’attaque la plus établie du football moderne.

C’est qu’à la table de Mo Salah, Roberto Firmino et Sadio Mané, on se pensait assez logiquement indélogeable. Diogo Jota n’en a cure: il s’installe, saisit couteau et fourchette par le manche, et tire la nappe vers lui.

Des débuts tonitruants

Depuis son arrivé à Liverpool mi-septembre, le Portugais enchaîne les prestations de choix. C’est bien simple, il faut remonter à Robbie Fowler en 1993 pour trouver un Red avec des débuts aussi prometteurs. Sept buts lors de ses dix premiers match: c’est le tarif.

Mardi soir encore, Jota a régalé. Face à l’Atalanta, il a remis le couvert, et plutôt trois fois qu’une.

D'abord un petit piqué sur une merveille d'ouverture de Trent Alexander-Arnold (0-1, 16e), puis une limpide reprise de volée de droit (0-2, 33e) avant de finalement jouer la carte de l’opportuniste sur une sortie manquée du gardien Marco Sportiello (0-5, 54e).

Très actif dans le jeu, notamment au pressing, n’hésitant pas à décrocher régulièrement, le gaucher portugais a tiré quatre fois sur le cadre pour faire mouche dans 75% des cas.

Un triplé qui vient s’ajouter à des prestations couronnées de buts lors des trois rencontres précédentes. De quoi donner quelques sueurs froides à l’habituel titulaire du poste d’avant-centre: Bobby Firmino.

Evidemment la question brûlait les lèvres des journalistes après la rencontre: Firmino, à l’aune des performances de son nouveau concurrent, doit-il avoir peur pour son statut de titulaire? «Le football est parfois cruel, répondait Jürgen Klopp avec sa malice habituelle. Il suffit qu’un joueur brille pour qu’on oublie celui qui a joué 500 matches de suite pour nous et sans lequel on ne serait même pas qualifié pour la Ligue des champions.»

Et de mettre les choses au point: «Bobby (Firmino) est très important pour l’équipe et continuera à être un de nos cadres. Si vous me demandez ce qui rend Liverpool si spécial ces dernières années, je dirai que c’est la manière dont Bobby joue, aussi parce qu’il sait défendre. Reste que pour un coach, c’est très important d’avoir plus que onze joueurs à disposition, et Diogo est dans une forme étincelante en ce moment.»

Capable de jouer à droite, à gauche comme au centre, Jota offre une polyvalence inédite au coach des Reds. Quelques nuits blanches en perspectives pour Klopp, donc, au moment d’établir son onze de départ face à Manchester City dimanche (17h30).

Comme un poisson dans l’eau

Acheté pour 50 millions d’euros cet été à Wolverhampton, Diogo Jota n’est pas une pioche hasardeuse. Très vite repéré par l’Atletico de Madrid, le Portugais vogue d’abord d’un prêt à l’autre avant de s’imposer chez les Wolves. La saison passée, il franchit clairement un palier, en même temps que son équipe: 16 buts et une place d’honneur à la clé.

Aujourd’hui, il a 23 ans et fait autant les beaux jours de Liverpool – et dieu que le ciel peut y être gris – que de la sélection portugaise. Trois buts lors des trois dernières sorties de son équipe nationale, dont un doublé: ça vaut l’os.

Allez, soyons tordus: si Jota est à ce point étincelant, c’est aussi le mérite de Xherdan Shaqiri. C’est en effet grâce à une de ses merveilles d’offrandes que le Portugais a inscrit un but qui à fait le tour du monde le week-end passé.

Voilà qui pourrait inspirer le «Zauberzwerg»: à Liverpool comme ailleurs, quand on a l’envie d’avoir envie – le «figting spirit» cher à Pierrot Carthoblaz – il n’est jamais impossible de sortir du banc.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
1 commentaire
L'espace commentaires a été desactivé

Jvous

04.11.2020 à 14:07

Au top la censure sur ce site. On oublieras pas de toute façon vous serez jugé pour complicité. Et la on rigolera