Actualisé 12.08.2008 à 11:56

NatationMais pourquoi nagent-ils toujours plus vite?

Alors que les records tombent dans les épreuves de natation des JO, difficile de ne pas éveiller des soupçons sur les performances hors-normes de ces nageurs.

Comment expliquer de tels chronos? Alors bien sûr, il y a les nouvelles combinaisons, un bassin rapide et l'émulation suscitée par les Jeux olympiques. Tentative de décryptage d'un phénomène olympique.

«Les nouvelles combinaisons n'expliquent pas tout», estime Dano Halsall, ancien détenteur du record mondial sur 50m nage libre. Observateur de ces joutes olympiques, l'ancien nageur porte un regard interrogateur sur les chronos réalisés par les compétiteurs. «Ce qui m'interpelle, c'est le niveau de fraîcheur de certains nageurs à l'arrivée des courses, souligne l'ancien champion. Sur un 100 mètres et un effort de 47 secondes, ils se retrouvent en dette d'oxygène dès les premières secondes. Je me rappelle de certaines courses où il me fallait 15 minutes pour récupérer. Là, ils n'ont même pas la bouche grande ouverte.»

Parmi les temps canons réalisés à Pékin, ceux du relais 4 x 100 mètres nage libre lundi matin, laissent sans voix nombre d'observateurs. Américains (en 3:08:24, champions olympiques) et Français (en 3:08:32) ont envoyé le précédent record à près de 4 secondes. Un autre temps, une autre époque. «Ça veut dire que chaque sprinter a nagé une seconde plus vite, relève Dano Halsall. Ils ont dû faire en moyenne 47 secondes. Autrement dit, ils ont évolué en-dessous du record du monde du 100m».

Dano Halsall: «Je trouve cela bizarre»

Davantage que la performance américaine, le Romand se montre surpris de retrouver la France à un tel niveau. «Comment peut-on expliquer que les Français arrivent avec quatre athlètes à ce niveau de performance, alors que ce n'est jamais arrivé avant?», se demande le retraité des bassins. «Je trouve cela bizarre. Ils ont quatre athlètes en trois dixièmes de seconde. En cyclisme, quand une équipe domine, on parle évidemment de dopage. Quand c'est un pays comme là, personne ne semble se poser cette question». Interrogé par le site internet 20minutes.fr, le Français Fabien Gilot ne s'avouait quant à lui pas étonné par leur résultat : «On s'attendait à ça puisque c'est ce que donnent nos temps personnels cumulés.»

Le directeur technique national français Claude Fauquet a beau affirmé que les nouvelles combinaisons «ont poussé tout le monde à repousser les limites, qu'il y a eu un travail technique très important effectué par les coachs sur les virages et sur la nage», le doute plane sur cette flambée de records, et ce même si les JO, «c'est là où un nageur doit exploser pour exister et que tout est mis en œuvre pour y parvenir», selon Dano Halsall.

«Je rêve de retrouver mon œil candide d'il y a 25 ans, quand on regardait tomber les records sans se poser de questions, se souvient l'ancien multiple champion suisse. Ce n'est pas évident aujourd'hui».

Didier Bender

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!