Actualisé

Voyage d'étudesMal logés, ils sont sommés d'effacer leurs critiques

La direction d'une école privée a exigé que ses étudiants dépités
aux USA enlèvent leurs avis et photos sur internet, pour éviter un conflit.

par
Frédéric Nejad Toulami
Trouver un logement au dernier moment pour des étudiants peut se révéler délicat.

Trouver un logement au dernier moment pour des étudiants peut se révéler délicat.

AFP

Ce voyage culturel de douze jours à San Francisco, le mois passé, devait être une sorte d'aboutissement de leurs trois ans de formation au sein de l'école privée de marketing et direction artistique CREA. Mais le début du séjour de ces jeunes adultes a été gâché par des problèmes de logement, puis par des courriels comminatoires de leur direction et de l'enseignant accompagnateur.

Dès leur arrivée dans la ville californienne, un problème de réservation les a forcés à se rendre à une autre adresse. Mais là, le quartier mal famé a déplu à une majorité d'élèves ainsi qu'au prof, mais lui ne logeait pas avec eux. «CREA a tout mis en œuvre pour trouver une solution sur place et sans l'aide de l'agence fautive, qui n'était pas coopérative», explique le prof. Un autre hôtel a été trouvé le 3e jour, mais les chambres y étaient sales. Face au mécontentement, il a fallu redéménager, tandis que les avis négatifs sur l'hygiène du logement ont essaimé sur le web.

Et la réaction de l'école ne s'est pas fait attendre: «Nous laissons encore 48 h à ceux qui n'ont pas retiré photos et commentaires négatifs de Facebook et de Tripadvisor avant de prendre d'autres mesures.» Questionnés, les membres de la direction assurent qu'aucune mesure précise n'était prévue. Mais selon nos sources, des menaces de procédure judiciaire à l'endroit des élèves critiques auraient bien été formulées.

Ne pas compliquer la procédure de remboursement

Du côté de CREA, on assure qu'il s'agissait de calmer la situation. «Nous sommes déjà en litige avec l'agence française qui a commis cette erreur de réservation à San Francisco, et nous ne souhaitions pas devoir gérer un éventuel deuxième conflit juridique avec l'hôtelier mécontent», explique la direction de l'école. Et comme elle voulait se faire vite rembourser l'argent versé à cet établissement, elle craignait que ces avis négatifs postés ne compliquent la procédure.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!