Suisse romande: Malade à Bergame, il rentre à Neuchâtel pour se faire soigner
Publié

Suisse romandeMalade à Bergame, il rentre à Neuchâtel pour se faire soigner

Après dix heures en salle d’attente dans un hôpital transalpin, un Neuchâtelois est rentré en Suisse pour recevoir des soins. Il souffre du syndrome de Guillain-Barré, une maladie caractérisée par une attaque des nerfs par le système immunitaire.

par
Abdoulaye Penda Ndiaye
De l’Italie, le patient s’est rendu à l’hôpital Pourtalès, à Neuchâtel, où il a bénéficié d’une «prise en charge fabuleuse».

De l’Italie, le patient s’est rendu à l’hôpital Pourtalès, à Neuchâtel, où il a bénéficié d’une «prise en charge fabuleuse».

DR

Relayé le 21 janvier par 20minutes.ch, un reportage de la chaîne CBS, qui évoquait un patient souffrant du syndrome de Guillain-Barré (SGB) pris pour un simulateur par un hôpital canadien, a fait réagir Roger. En été 2019, ce Neuchâtelois de 63 ans passait des vacances avec son épouse dans la région de Bergame (It). Mais un matin, à son réveil, impossible de descendre du lit: il ne sentait même plus ses jambes. Direction l’hôpital où, après un court entretien avec une infirmière, on lui a demandé de prendre place en salle d’attente.

Dix heures en salle d’attente

«Malgré mes protestations, j’ai attendu pendant dix heures sans être consulté. Je ne pouvais pas rester comme ça», raconte Roger. Le sexagénaire a aussi été gagné par l’appréhension d’un éventuel mauvais diagnostic. Sa femme et lui ont donc décidé d’écourter leurs vacances et de quitter précipitamment l’Italie pour se rendre à l’hôpital de Neuchâtel. «J’ai appelé pour prévenir que nous étions en route. Heureusement, dès notre arrivée, mon mari a eu une prise en charge fabuleuse», salue Monique. Diagnostic: Roger a le SGB.

Depuis, il est en arrêt maladie. Son tonus et sa vivacité d’esprit appartiennent au passé. Désormais, le moindre effort relève du marathon. Et son moral s’en ressent. Malgré les séances de physio, sa conviction est faite: «Je ne serai plus jamais comme avant.»

Une maladie rare

Le syndrome de Guillain-Barré est une affection rare dans laquelle le système immunitaire attaque les nerfs périphériques. Selon la «Revue médicale suisse», les premiers symptômes sont des engourdissements ou des fourmillements et une faiblesse musculaire débutant aux membres inférieurs avant de se généraliser aux quatre membres. Le traitement repose sur des soins de soutien et l’immunothérapie. La maladie touche en moyenne une personne sur 10’000. Environ 3 à 5% des patients décèdent des complications de la maladie.

Un an sous appareil respiratoire

Ancien arbitre de foot, Mario a eu les premiers symptômes du SGB en 2015. «Il est devenu handicapé en 24 heures», se désole son épouse, Alba. Après une longue hospitalisation et un an et demi sous appareil respiratoire, il a pu rentrer chez lui. Mais il n’arrive plus à marcher ni à se nourrir tout seul. «Nous avons la chance de vivre avec nos enfants et nos petits-enfants», se console le septuagénaire. Sonia, 52 ans, est traitée par immunoglobuline intraveineuse: deux injections par mois. La maladie a fait surface, il y a cinq ans. Depuis, elle a perdu la santé et le travail. «J’étais au guichet à La Poste. Après neuf mois d’hospitalisation, j’ai été licenciée.»

Ton opinion

211 commentaires