Actualisé 10.01.2016 à 15:57

Tennis – ATPMalade, Federer perd mais positive avant l'Australie

La finale du tournoi de Brisbane (Aus) a souri au grand serveur canadien. Moins tranchant, le Bâlois a été battu 6-4 6-4.

Roger Federer a échoué en finale face à Milos Raonic.

Roger Federer a échoué en finale face à Milos Raonic.

photo: AFP/Saeed Khan

Roger Federer devra patienter avant de glaner un 89e titre sur l'ATP Tour. Le no 3 mondial s'est incliné 6-4 6-4 face au Canadien Milos Raonic (ATP 14) dimanche à Brisbane dans une finale qui fut le match de trop pour lui durant cette première semaine de compétition.

Tenant du trophée dans le Queensland, le Bâlois a manqué son affaire dans cette finale, sa 136e sur le circuit principal. Encore légèrement diminué par le refroidissement qui a perturbé son début de semaine, il a manqué singulièrement de «punch». Symbole de son agacement et de son impuissance, il lâchait sa raquette de dépit après avoir commis une faute directe de revers dans le deuxième jeu de la seconde manche, avant de mettre ses mains sur ses hanches...

Besoin de repos

«Je suis plutôt satisfait de ma semaine étant donné les circonstances. C'est pour cela que je ne suis pas abattu ou déçu après cette finale. J'ai encore la toux, et j'étais un peu lent dans mes déplacements dimanche, surtout en défense. Mes jambes étaient un peu lourdes tout au long de la semaine. Si l'on m'avait dit il y a cinq jours que je jouerais la finale, j'aurais été très extrêmement satisfait», soulignait d'ailleurs Roger Federer, qui a une semaine devant lui pour retrouver la plénitude de ses moyens avant le début de l'Open d'Australie.

«Je vais me reposer lundi, j'en ai besoin. Je devrais ensuite pouvoir reprendre l'entraînement, où je pourrai doser mes efforts», expliquait le Bâlois, qui ne montrait pas le moindre signe d'inquiétude. «Tout s'est parfaitement passé pour moi durant l'intersaison. Les bases sont là. Les symptômes de la maladie ont disparu à 90%, et si cela continue ainsi, je devrais être à 100% d'ici trois ou quatre jours», assurait-il.

Une seule balle de break

Vainqueur de neuf des dix précédents duels livrés face à Milos Raonic, Roger Federer n'a donc jamais trouvé le bon rythme dans une rencontre disputée avec le toit fermé. Il ne s'est procuré qu'une seule balle de break, dans le quatrième jeu du deuxième set, alors que son adversaire venait de faire appel au soigneur pour une douleur à la jambe droite et avait commis jusque-là trois double fautes dans ce jeu. Le Bâlois commettait alors une faute directe en revers, alors qu'il pouvait encore espérer renverser la vapeur.

Roger Federer a également manqué cruellement d'efficacité sur les points importants dimanche dans la Pat Rafter Arena. «Quand tu n'es pas à 100%, tu forces d'autant plus ton jeu dans les moments importants», expliquait le Bâlois, qui offrait ainsi le premier break de la partie à Milos Raonic dans le neuvième jeu de la manche initiale en enchaînant une double faute et une faute de coup droit sur les deux derniers points de ce jeu. Et c'est un nouveau coup droit manqué par «RF» qui donnait une nouvelle opportunité au Canadien dans le septième jeu du deuxième set.

Milos Raonic, qui signait alors le break décisif en poussant son adversaire à la faute sur une attaque de coup droit, conservait sans trembler cet avantage pour cueillir le huitième titre de sa carrière. Le Canadien n'était pourtant pas injouable dimanche: il n'a passé que 56% de ses premières balles de service et n'a armé «que» 6 aces (7 pour Roger Federer), pour 6 double fautes. Ces statistiques n'auraient sans doute pas suffi face au «vrai» Roger Federer, qui n'avait plus perdu de finale face à un autre joueur que Novak Djokovic depuis le mois d'août 2014. (20 minutes/sda)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!