22.11.2020 à 07:40

Oscars«Malcolm & Marie», un des atouts de Netflix pour les Oscars

La plateforme de streaming sortira en février le film de Sam Levinson avec Zendaya et John David Washington, dans l’idée de le rendre éligible aux prochains Oscars.

von
Catherine Magnin
«Malcolm & Marie» (John David Washington et Zendaya).

«Malcolm & Marie» (John David Washington et Zendaya).

DOMINIC MILLER/NETFLIX © 2021

Un réalisateur (John David Washington, vu dans «BlacKkKlansman» de Spike Lee et «Tenet» de Christopher Nolan) et sa petite amie (Zendaya, qui tient le rôle principal de la série «Euphoria») rejoignent leur chambre d’hôtel après l’avant-première de leur film, dans l’attente des réactions critiques. Leur conversation tourne à l’aigre quand ils se mettent à évoquer leurs relations passées, les révélations qui surgissent mettant en péril leur amour…

Tourné en noir et blanc et 35mm pendant le confinement, «Malcolm & Marie», de Sam Levinson, a été acquis par Netflix en septembre. La plateforme compte le dévoiler le 5 février 2021, afin de le rendre éligible pour les Oscars. En effet, la date butoir est fixée cette année au 28 février, avec une cérémonie agendée au 21 avril (si le Covid le veut bien).

Noir, blanc, et noir et blanc

Mais «Malcolm & Marie» n’est pas le seul titre que Netflix lance dans la course aux prestigieuses statuettes. Il y aura aussi:

«Mank», le nouveau long métrage de David Fincher, qui n’en avait plus réalisé depuis 2014, est lui aussi en noir et blanc. Il raconte les relations tumultueuses du scénariste Herman J. Mankiewicz (Gary Oldman) avec l’équipe de production de «Citizen Kane» (1941), d’Orson Welles.

«Da 5 Bloods», de Spike Lee, ou le retour de quatre vétérans Afro-Américains dans la jungle du Vietnam, entre chasse au trésor et constat des ravages causés par la guerre. C’est l’un des derniers films tournés par Chadwick Boseman.

«Le Blues de Ma Rainey» est, lui, le dernier film tourné par le regretté comédien. Boseman y tient le rôle d’un trompettiste aux côtés de la reine du blues (Viola Davis), qui enregistrait son nouvel album studio en 1927 à Chicago, ce qui n’alla pas sans quelques tensions.

«Les sept de Chicago» d’Aaron Sorkin, avec notamment Eddie Redmayne et Sacha Baron Cohen, raconte lui aussi une histoire vraie, le procès des sept organisateurs de la manifestation qui avait eu lieu en 1968 en marge de la convention démocrate à Chicago. Il est sorti en Suisse romande en septembre 2020.

Avec tout ce beau monde et ces talents, Netflix semble bien parti pour voir ses films remporter quelques Oscars…

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!