Environnement: Malgré la chaleur, il est déconseillé de donner à boire aux animaux sauvages

Publié

EnvironnementMalgré la chaleur, il est déconseillé de donner à boire aux animaux sauvages

Par ces fortes chaleurs, certaines espèces adoptent un comportement plus forestier et nocturne, tandis que d’autres peuvent être contraintes de se déplacer pour trouver des points d’eau. Il faut toutefois les laisser se débrouiller seuls.

par
Lauren von Beust
«Les animaux ont une faculté d’adaptation plus élevée que ce que l’on croit face aux événements climatologiques extrêmes», indique la Direction générale de l’environnement.

«Les animaux ont une faculté d’adaptation plus élevée que ce que l’on croit face aux événements climatologiques extrêmes», indique la Direction générale de l’environnement.

AFP

Si les mammifères du Plateau ou des Préalpes se réfugient en forêt ou ne sortent que la nuit pour se préserver en cette période caniculaire, les espèces en milieu urbain peinent, elles, à trouver de l’ombre. «Les oisillons cherchent à sortir du nid et tombent plus facilement au sol en voulant échapper à la chaleur, tandis que, pour les batraciens, reptiles ou hérissons, les routes goudronnées deviennent des barrières infranchissables, à cause du revêtement brûlant», détaille, mercredi, la Direction générale vaudoise de l’environnement (DGE). Ce qui complique l’accès à la nourriture, notamment.

Le cas est aussi préoccupant pour la faune piscicole, au vu «des faibles débits, de l’augmentation de la température des eaux et du risque de pollution augmenté». La Fédération suisse de pêche a tiré la sonnette d’alarme, mardi, craignant la mort de nombreux poissons de rivière dans tout le pays.

Ils doivent se débrouiller seuls

Le Canton de Vaud rappelle qu’il existe néanmoins de nombreux points d’eau accessibles pour la faune sauvage. «Les renards ou écureuils, par exemple, peuvent souffrir du manque d’eau et être contraints de se déplacer pour trouver des sources. Mais peu de cas sont objectivement documentés dans le canton», ajoute la DGE. 

Si l’on pourrait être tenté par déposer des bols d’eau dans notre jardin, la DGE déconseille d’abreuver ou même de nourrir la faune sauvage «pour éviter tout phénomène de dépendance. Les animaux ont une faculté d’adaptation plus élevée que ce que l’on croit face aux événements climatologiques extrêmes.»

Prendre soin des hérissons

Attention en cet été caniculaire aux hérissons que vous pourriez trouver dans votre jardin. La sécheresse et le manque de nourriture mettent ces petits mammifères insectivores en grande difficulté, alerte SOS hérisson Chablais. De manière générale: si un hérisson est visible en journée, c’est qu’il est en détresse. Les bons réflexes sont les suivant: les mettre à l’abri et à l’ombre, leur mettre à disposition à boire et à manger. Il faut éviter à tout prix de leur donner du lait et du pain: ils en raffolent mais ne les digère pas ce qui peut leur être fatal.

Ton opinion

66 commentaires