Séoul: Malgré la polémique, 20’000 personnes ont rendu hommage au maire

Actualisé

SéoulMalgré la polémique, 20’000 personnes ont rendu hommage au maire

Les obsèques de Park Won-soon, qui s'est suicidé après avoir été accusé de harcèlement sexuel, se sont déroulées lundi à Séoul en dépit d'une pétition, signée par un demi-million de personnes, contre cette cérémonie organisée par la Ville.

Les obsèques de Park Won-soon ont eu lieu le 13 juillet 2020.

Les obsèques de Park Won-soon ont eu lieu le 13 juillet 2020.

AFP

Les obsèques du maire de Séoul, Park Won-soon, qui s'est suicidé après avoir été accusé de harcèlement sexuel, se sont déroulées lundi en dépit d'une pétition, signée par un demi-million de personnes, contre cette cérémonie organisée par la Ville.

Ex-avocat des droits de l'homme, le premier homme de la ville était une figure emblématique du Parti démocrate (centre gauche) au pouvoir. Il dirigeait depuis 2011 la gigantesque capitale de la Corée du Sud, qui compte environ 10 millions d'habitants, soit presque un cinquième de la population du pays.

Son corps a été découvert vendredi matin dans la montagne à la périphérie de Séoul, au lendemain d'un dépôt de plainte, par son ancienne secrétaire, pour des faits d'abus sexuel.

Pétition en ligne contre la cérémonie

Plus de 20’000 personnes sont venues lui rendre un dernier hommage. Lors de cette cérémonie, sa fille a déclaré «avoir ressenti la joie de [s]on père en rencontrant les citoyens un par un».

Une pétition s'opposant à cette cérémonie et mise en ligne sur le site internet de la présidence a recueilli plus de 500’000 signatures.

«La population doit-elle assister durant cinq jours aux funérailles d'un responsable politique de premier plan qui s'est suicidé à la suite d'accusation de harcèlement sexuel», s'interroge la pétition qui demande «quel genre de message cela envoie».

Park Won-soon est de loin la plus haute personnalité politique de Corée du Sud à être impliquée dans une affaire de harcèlement sexuel.

Dans une société sud-coréenne demeurée profondément patriarcale, le mouvement mondial #MeToo, qui encourage les femmes à dénoncer les viols ou les harcèlements dont elles sont victimes, a fait tomber ces deux dernières années des dizaines de personnalités masculines éminentes, et ce dans tous les domaines.

Il meurt avec ses poursuites

Le président sud-coréen Moon Jae-in a fait envoyer des fleurs à l'occasion de cette cérémonie à laquelle ont assisté son chef de cabinet ainsi que de hauts responsables du Parti démocrate.

Cependant, ni le dirigeant par intérim du Parti du futur (opposition conservatrice) ni celui du parti centriste n'étaient présents.

«J'ai décidé de ne pas présenter mes hommages», a écrit sur sa page Facebook Ahn Cheol-soo, à la tête du parti centriste, estimant que «c'est le moment d'avoir une réflexion profonde sur les comportements de... hauts responsables de ce pays».

Une centaine de personnes ont assisté lundi à ces obsèques, leur nombre étant limité en raison du coronavirus. Les sympathisants du maire ont pleuré à chaudes larmes quand la famille du défunt a pénétré dans l'Hôtel de Ville en portant son portrait. Le suicide de Park Won-soon a éteint toutes les poursuites à son encontre.

Suicidaire? Faites-vous aider!
«Chercher de l'aide n'est pas un aveu de faiblesse! C'est une démarche courageuse et positive», affirme l'association Stopsuicide, dont la mission est de parler, faire parler, informer, sensibiliser et augmenter les possibilités de prévention.
N'hésitez pas à téléphoner, notamment aux structures suivantes: La Main tendue (composer le 143); la Ligne d'aide pour jeunes (147); Malatavie Ligne Ados (HUG - Children Action): 022 372 42 42.

(AFPE)

Ton opinion