Actualisé

ValaisMalgré quatre contrôles, son bistrot est resté crado

Un restaurateur n'a jamais corrigé les problèmes sanitaires relevés dans son café. Il vient d'être condamné.

par
Christian Humbert
L'hygiène de l'établissement était plus que douteuse (photo d'illustration).

L'hygiène de l'établissement était plus que douteuse (photo d'illustration).

photo: Keystone

Du saumon périmé, des cuisines sales, des poubelles ouvertes, des denrées altérées ou moisies, des plats cuits refroidis «sans doute aux délais dépassés»: c'est la peu ragoûtante liste d'anomalies rele­vées le 25 mai dernier dans un café du Valais central. Autre découverte: ce qui était vendu aux clients comme «assiette valaisanne» était de la viande des Grisons.

Le jeune patron portugais avait été averti une première fois fin 2012. Deux autres visites en 2014 ne l'ont pas davantage motivé à corriger les carences relevées par les contrôleurs du Service de la consommation et des affaires vétérinaires. L'absence d'un autocontrôle sérieux des températures des marchandises lui avait pourtant déjà été reprochée.

Le restaurateur vient d'être condamné à 30 jours-amende avec sursis, à une amende de 1000 fr. et à 300 fr. de frais. Son bistrot n'a toutefois pas été fermé administrativement.

Christine Genolet, responsable de l'inspectorat valaisan des denrées alimentaires, souligne que 3000 contrôles par an visent les près de 7000 entreprises utilisant des denrées alimentaires dans le canton. Seuls 20 à 30 constats donnent lieu à des dénonciations pénales, «quand il y a mise en danger de la santé ou des lacunes systématiques sans amélioration». Entre deux et cinq fermetures provisoires sont ordonnées, le temps que l'établissement se mette en conformité.

«Nous effectuons également de nouveaux contrôles plus rapprochés, précise Christine Genolet. Et nous pouvons aussi demander une réduction de la carte des mets.»

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!