Vaud – Malgré un cluster, pas de quarantaine pour l’école de Vaulion
Publié

VaudMalgré un cluster, pas de quarantaine pour l’école de Vaulion

Plusieurs élèves d’un collège ayant été testés positifs au Covid-19, le père d’une enfant s’étonne que les classes restent ouvertes. Le Canton considère que des mesures drastiques ne se justifient pas pour l’instant.

par
Lauren von Beust
Getty Images

Le père d’une enfant scolarisée au collège de Vaulion (VD) s’inquiète des «nombreux cas de Covid» au sein de cet établissement du Nord vaudois. D’après lui, il y aurait «environ 40 enfants» de 3P à 8P concernés, sur 188 scolarisés sur ce site et répartis dans 10 classes. Sa fille, qui a elle-même contracté le virus, doit rester à la maison ces prochains jours. Pour ce père de famille, c’est sûr, «elle l'a attrapé à l’école, nous n'avons aucun cas dans notre entourage. Et cinq élèves de sa classe l’ont eu.» Il peine à comprendre que les classes restent ouvertes.

Les familles ont reçu, ces derniers jours, un courrier du Canton confirmant que «plusieurs enfants ont été testés positifs au Covid-19 dans l’établissement scolaire de Vaulion. Cette situation est le reflet d’une circulation du virus plus importante dans votre région que dans le reste du canton.» Jeudi, le Département de la formation, de la jeunesse et de la culture (DFJC) parle même de «cluster détecté la semaine passée», même si celui-ci n’a «pas été créé en classe». La lettre explique que «pour l’instant, le virus ne circule pas de manière suffisamment inquiétante pour nous obliger à prendre des mesures drastiques et nous continuons à monitorer la situation quotidiennement».

Plus de quarantaines dans les classes

Depuis le 1er octobre, «nous ne plaçons plus de classes en quarantaine. Seuls les élèves positifs restent à la maison, les négatifs peuvent retourner en classe», rappelle Julien Schekter, responsable de la communication du DFJC, en soulignant que des autotests sont fournis aux élèves. «Pour des questions de protection des données et de secret médical» notamment, il ne peut fournir la proportion d’élèves porteurs du virus. Selon le recensement cantonal, sur la période du 4 au 8 octobre, 76 élèves vaudois du cycle primaire ont été testés positifs, 15 issus du secondaire I et 15 autres du secondaire II.

«La direction ne fait qu’appliquer les règles des autorités. Je peux comprendre l’inquiétude des parents mais, en tant qu’établissement, nous nous sommes rendu compte des conséquences engendrées par la fermeture des écoles, ainsi que de la répercussion sur les enfants. On préfère les avoir dans nos classes», confie Olivier Ponnaz, directeur des établissements primaires et secondaires de Vallorbe, de Ballaigues et du Vallon du Nozon.

Pareil à Berne

C’est justement dans le but de «perturber le moins possible le déroulement de l’enseignement présentiel» que le Canton de Berne a aussi annoncé jeudi vouloir abroger la mise en quarantaine de classes entières, et ce dès le 25 octobre. Les autorités prévoient «une intensification des tests en cas de flambée dans les écoles, qui permettront d’identifier précocement les cas positifs parmi les élèves ou le corps enseignant et de mettre en isolement ces personnes uniquement.» Sont exemptées de dépistage les personnes vaccinées ou guéries, pour autant que celles-ci ne présentent pas de symptômes. On considère qu’il y a flambée dans une classe à partir de trois personnes testées positives.

Ailleurs en Suisse romande

Dans le canton de Neuchâtel, qui n’exclut pas que des changements puissent être effectués après les vacances, les élèves de 9P à 11P sont actuellement exempts de quarantaine, sachant qu’ils portent le masque. Pour les 7P et 8P, celle-ci n’est pas décrétée non plus, mais si plusieurs cas positifs sont recensés, des tests PCR salivaires sont organisés en classe. Aucune quarantaine de classe n’a toutefois été posée depuis un mois. Même lors des flambées les plus importantes, le Valais n’y pas non plus recouru. Le Canton préfère miser sur le dépistage, lui aussi.

Ton opinion

46 commentaires