Zurich: Maltraitée avec un vibro par un gang de filles
Publié

ZurichMaltraitée avec un vibro par un gang de filles

Quatre Kosovares comparaissent jeudi devant la justice zurichoise pour avoir enlevé, séquestré et torturé une compatriote, en mars 2019.

par
Stefan Hohler/ofu
1 / 3
L'accusée principale de 25 ans (à droite) doit se présenter devant la justice zurichoise aux côtés de sa sœur et de deux amies.

L'accusée principale de 25 ans (à droite) doit se présenter devant la justice zurichoise aux côtés de sa sœur et de deux amies.

Facebook
Les femmes sont accusées d'enlèvement, de contrainte sexuelle et de brigandage. Le procès se déroule au Tribunal de district de Bülach (ZH).

Les femmes sont accusées d'enlèvement, de contrainte sexuelle et de brigandage. Le procès se déroule au Tribunal de district de Bülach (ZH).

Keystone
Les prévenues rejettent les accusations.

Les prévenues rejettent les accusations.

Facebook

Une jeune femme aujourd’hui âgée de 21 ans a subi un véritable calvaire. Elle a été enlevée, séquestrée et torturée pendant de longues heures par quatre compatriotes kosovares pour avoir dénoncé fin 2017 l’une d’entre elles à l’autorité de protection de l’enfant et de l’adulte (APEA). Concrètement: elle l’accusait de négliger son fils alors âgé de deux ans.

Folle de rage, la mère – aidée par sa sœur et deux amies – s’est vengée de la jeune Kosovare. Le soir du 10 mars 2019, les quatre femmes – âgées entre 23 et 29 ans – ont surpris leur future victime dans un parking de Kloten (ZH). Selon l’acte d’accusation, elles l’ont tirée dans leur voiture. Une fois à l’intérieur de l’auto, l’accusée principale, une assistante en soins et santé communautaire de 25 ans, l’aurait violemment frappée au visage. Le quatuor se serait ensuite rendu dans l’appartement d’une des accusées. Là-bas, la victime aurait dû se déshabiller et prendre une douche.

Torturée toute la nuit

Ensuite, les femmes auraient touché les parties intimes de leur victime avant de la forcer à s’introduire un vibromasseur dans le vagin. L’accusée principale aurait ensuite violemment enfoncé le vibromasseur dans l’anus de la jeune femme. Pour finir, les femmes auraient obligé leur victime à enduire le godemiché de mayonnaise avant de se le réintroduire une nouvelle fois. Elle aurait aussi été forcée à leur embrasser les pieds. Après s’être fait arracher ses extensions capillaires, la jeune femme aurait été obligée d’avaler de petites pierres décoratives en verre. Selon l’acte d’accusation, elle a été torturée ainsi jusqu’à environ 7 heures du matin avant d’être relâchée sur un parking.

Le quatuor comparaît ce jeudi devant le Tribunal de district de Bülach (ZH). Les femmes sont accusées d’enlèvement, de contrainte sexuelle et de brigandage. On ignore pour l’heure quelle peine elles encourent. La sœur de l’accusée principale, domiciliée au Kosovo, se trouve en détention en raison du danger de fuite. L’accusée principale, elle, est assignée à résidence avec un bracelet électronique.

Ton opinion