Maná sur le sentier de la guerre des émotions
Actualisé

Maná sur le sentier de la guerre des émotions

Les Mexicains de Maná débarquent avec la volonté de sensibiliser le public aux valeurs humanistes.

Le batteur Alex et le chanteur Fehr ont répondu à «20 minutes» avant leur 1er concert européen.

– Commment expliquez-vous votre succès en Suisse?

Fehr. – Nous avons été étonnés d'être classés aussi haut dans vos charts. Nous sommes très bien soutenus par nos fans. Le public nous associe au hit «corazón espinado», et peut-être que Carlos Santana a réveillé les souvenirs. Il s'est passé trois ans depuis la sortie du dernier album, l'attente a été longue.

– D'où vient votre titre «Amar es combatir»?

Alex. – Ce titre est un extrait d'un poème sublissime d'Octavio Paz, «Piedra del sol». Ce n'est pas qu'un cliché mais bien une valeur dont nous avons besoin au jour le jour. Nous voulons parler d'humanisme. Un homme vit et meurt par amour, et nous le chantons pour ne pas l'oublier.

– Que dire de votre chanson liée au port de San Blas?

F. – Nous avions écrit une chanson dans notre précédent album titrée «El muelle de San Blas». Nous avons choisi ce titre par hasard au milieu du millier de petits ports autour de Mexico. L'été dernier, des marins sont revenus à quai après avoir été déclarés disparus. Nous avons pris des contacts avec la famille d'un des marins pour en faire une chanson.

– Quelles sont vos relations avec le pouvoir politique?

F. – Il n'y a jamais eu de récupération, pas eu de menaces non plus. C'était compliqué il y a encore quinze ans, même les médias étaient contrôlés. Notre notoriété nous permet de soutenir des actions.

– Quelles sont-elles en ce moment?

F. – Nous soutenons encore et toujours la fondation Selva Negra. Après les projets de sauvegarde des tortues de mer et les logements au Chiapas, l'association s'attaque à l'éducation des enfants. L'idée est de les sensibiliser au respect de l'environnement. Avec le groupe, nous voulons écrire un texte qui sera chanté par les enfants dans les écoles. Nous allons aussi commander des bandes dessinées pour parler de ces sujets.

– A quand un prochain album?

F. – Quand le vent nous le dira! Nous avons besoin de ressentir complètement la musique et les chansons avant de partir sur un nouveau chemin. Mais nous avons laissé des morceaux de côté...

A. – Je peux donc vous dire qu'il ne va pas se passer quatre ans avant le prochain. En ce moment, nous ressentons pleinement l'esprit de «Amar es combatir», nous sommes sur le sentier de la guerre.

– Allez-vous inclure la Suisse dans votre tournée 2007?

F. – Nous allons la préparer pour annoncer des dates au printemps prochain. Nous aimerions être sollicités. Nous adorons le pays. Si mes souvenirs sont exacts, nous ne sommes pas venus depuis Montreux, en 1994.

Juan Caido

Maná, «Amar es combatir», déjà disponible, distr. Warner

Ton opinion