Pékin: «Managers de maîtresses» pour ménages en péril
Publié

Pékin«Managers de maîtresses» pour ménages en péril

Des épouses délaissées se tournent vers des experts de la dissuasion afin d'éloigner leurs rivales en douceur.

par
arg
photo: Reuters

Les maris volages seraient devenus un fléau en Chine. En 14 ans, le nombre de divorces y a été multiplié par cinq. Or 75% des séparations auraient pour cause l'infidélité – le plus souvent celle du mari. Préoccupante aux yeux des autorités, cette tendance a fait émerger un nouveau business florissant. Avocats, psychologues et conseillers conjugaux proposent désormais des services de «management de maîtresses». Un cabinet pionnier a ouvert en 2013, à Chongqing. Depuis, cette activité est en plein boom.

«On essaie de persuader les partenaires illicites de se mettre à la place d'une mère ou d'un père. C'est un argument imparable, qui tend à ­impressionner efficacement les intrus», explique Luo Rong. Cet avocat du Sichuan a récemment fait de ce service son activité à temps plein. Il faut dire que certaines épouses trompées sont prêtes à dépenser de petites fortunes pour se débarrasser en douceur des «briseuses de ménages». Un dossier est facturé en moyenne 40 000 francs, relève le site China Daily.

«Clinique du mariage et des émotions»

En octobre dernier, à Shanghaï, un congrès de professionnels s'inquiétait toutefois de la croissance désordonnée du secteur. Sous des noms poétiques tels que «Clinique du mariage et des émotions» ou «Dissuasion des affections errantes», certains pratiqueraient l'intimidation et le chantage à grand renfort de photos volées. «Porter atteinte à la sécurité de quiconque est illégal», rappelle Chen Qingguo, avocat dans un tribunal d'arbitrage de Chengdu.

Ton opinion