Actualisé 20.05.2019 à 10:02

Suède

Mandat d'arrêt déposé contre Julian Assange

Le parquet suédois a requis le placement en détention de l'Australien dans l'affaire de viol.

1 / 64
La justice britannique examine à partir de lundi la possibilité d'extrader le fondateur de WikiLeaks vers les États-Unis. (23 février 2020)

La justice britannique examine à partir de lundi la possibilité d'extrader le fondateur de WikiLeaks vers les États-Unis. (23 février 2020)

AFP
Julian Assange présente «tous les symptômes (de) torture psychologique», a affirmé vendredi le Rapporteur de l'ONU sur la torture, qui a pu le rencontrer en prison avec des médecins.(vendredi 31 mai 2019)

Julian Assange présente «tous les symptômes (de) torture psychologique», a affirmé vendredi le Rapporteur de l'ONU sur la torture, qui a pu le rencontrer en prison avec des médecins.(vendredi 31 mai 2019)

Keystone
Julian Assange devait comparaître ce jeudi au tribunal de Westminster pour une demande d'extradition réclamée par les Etats-Unis. L'audience a été reportée car le fondateur de de WikiLeaks est souffrant. (30 mai 2019)

Julian Assange devait comparaître ce jeudi au tribunal de Westminster pour une demande d'extradition réclamée par les Etats-Unis. L'audience a été reportée car le fondateur de de WikiLeaks est souffrant. (30 mai 2019)

Keystone

Le parquet suédois a formé lundi une demande de placement en détention de Julian Assange, déjà emprisonné en Grande-Bretagne, en vue de l'émission d'un mandat d'arrêt européen à l'encontre du fondateur de WikiLeaks poursuivi pour un viol présumé commis en Suède en 2010.

«Je demande au tribunal le placement en détention d'Assange en son absence, en raison de soupçons de viol», a annoncé dans un communiqué Eva-Marie Persson, procureure en charge de l'instruction, une semaine après la réouverture de l'enquête criminelle visant l'Australien.

La demande a été déposée auprès du tribunal d'Uppsala qui, selon la procédure suédoise, doit statuer au plus tard le lendemain de sa saisine. Eva-Marie Persson a précisé que si la demande de placement en détention était acceptée, elle émettrait un mandat d'arrêt européen afin d'obtenir le transfèrement en Suède de Julian Assange.

Feuilleton judiciaire depuis plus de dix ans

La réouverture de l'enquête suédoise annoncée le 13 mai relance un feuilleton judiciaire qui dure depuis près d'une décennie, pendant laquelle Julian Assange et ses soutiens n'auront eu de cesse de dénoncer une manoeuvre destinée à le faire extrader vers les Etats-Unis pour y répondre des fuites de documents secrets américains. Julian Assange, 47 ans, a été arrêté à l'ambassade d'Equateur à Londres le 11 avril après que Quito lui avait retiré l'asile.

Il doit à présent purger un an de prison pour avoir violé les conditions de sa liberté surveillée en se réfugiant dans cette ambassade en 2012, pour éviter d'être remis à la Suède pour deux affaires d'agressions sexuelles, dont l'une a été frappée par la prescription.

Le fondateur de WikiLeaks est aussi sous le coup d'une demande d'extradition des Etats-Unis, pour la publication par son site de nombreux documents confidentiels. (nxp/afp)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!