Afrique du Sud: Mandela est toujours dans un état critique
Actualisé

Afrique du SudMandela est toujours dans un état critique

L'ancien président sud-africain, hospitalisé depuis plus d'un mois, est «toujours dans un état critique mais stable», a indiqué mardi la présidence sud-africaine, sans livrer d'autres détails médicaux.

L'actuel chef de l'Etat, Jacob Zuma, a aussi remercié les anonymes venus devant la clinique soutenir le héros de la lutte antiapartheid âgé de bientôt 95 ans, ou qui prient à travers tout le pays, ainsi que la communauté internationale pour «le flot continu de messages de soutien à Madiba et sa famille».

Nelson Mandela, que tous ses compatriotes appellent par son nom de clan «Madiba» en signe d'affection et de respect, est hospitalisé au Mediclinic Heart Hospital, une clinique privée de Pretoria, depuis le 8 juin.

Les autorités invoquent le secret médical pour en dire le moins possible.

Respiration sous assistance

Hospitalisé en urgence et dans un état grave, il respirait au début de son hospitalisation sans assistance, ce qui n'est plus le cas désormais.

Le soir du 23 juin, la présidence avait annoncé une subite dégradation de son état, invariablement qualifié depuis lors de «critique».

Le 26 juin, un avocat des Mandela a écrit dans un document judiciaire qu'il était dans un «état végétatif permanent» et que la famille avait envisagé, sur les conseils des médecins, de débrancher les appareils le maintenant artificiellement en vie. «Ils attendent d'enterrer leur père et grand-père», concluait l'avocat.

«Critique mais stable»

M. Zuma a fait état d'une amélioration dans l'après-midi du 27 juin, qui n'a cependant pas permis au président Barack Obama, en visite officielle, de se rendre à son chevet.

Les rares communiqués de la présidence répètent depuis lors que l'état de santé de Nelson Mandela est «critique mais stable» et les autorités refusent d'en dire plus, invoquant «la confidentialité patient-médecin».

Les problèmes pulmonaires à répétition de Mandela sont probablement liés aux séquelles d'une tuberculose contractée pendant son séjour au bagne de Robben Island, au large du Cap, où il a passé dix-huit de ses vingt-sept années de détention dans les geôles du régime d'apartheid.

Il doit fêter ses 95 ans le 18 juillet, journée baptisée «Mandela Day» par l'ONU, qui appelle les citoyens du monde à faire ce jour une bonne action en son honneur. (afp)

Ton opinion