Actualisé 13.07.2016 à 13:35

Super League

Manière savoure son magnifique rebond

Le Vaudois de bientôt 25 ans doutait de son avenir dans le football il y a encore quelques mois. La machine est aujourd'hui relancée.

de
Robin Carrel, Valence
Jérémy Manière et le LS débuteront le championnat dans une dizaine de jours.

Jérémy Manière et le LS débuteront le championnat dans une dizaine de jours.

photo: Keystone/Jean-christophe Bott

Il y a moins de six mois, Jérémy Manière n'était sûr de rien quant à son avenir footballistique. Aujourd'hui, le voici titulaire dans la défense du Lausanne-Sport, néo-promu en Super League, et qui affronte successivement Bâle (victoire 3-2), Marseille (succès 2-1) et St-Etienne (samedi à la Pontaise) en matches amicaux. «Même si ce ne sont que des parties de préparation, c'est pour des matches comme ceux-là qu'on joue au foot», souriait-il mardi, dans les travées du Stade Pompidou de Valence, après la prometteuse rencontre du LS contre l'OM.

Plus de salaire

En janvier, du côté de Bienne, le défenseur central doutait. Il n'était plus payé et le club seelandais courrait droit à la banqueroute. Il a magnifiquement rebondi sur les rives du Léman: «C'est sympa, je savoure. Il y a quelques mois, j'étais sans salaire et je réfléchissais même à mettre ma carrière de côté et me consacrer à mes études. Là, je suis face à l'OM, je joue en Super League. C'est magnifique, ça montre que ça va vite et qu'il ne faut rien lâcher.»

L'homme n'est donc arrivé à la Pontaise qu'au mois de janvier. Mais il fait presque figure d'ancien, vu ses origines (il est de Vallorbe et a été formé à Yverdon), face aux neuf recrues de cette intersaison, dont certaines exotiques. «Je me suis vite adapté car je connaissais tout le monde et le coach m'a tout de suite montré son système avec la vidéo. C'est ce qu'il a fait avec les nouveaux, dès qu'ils sont arrivés. En plus, il parle italien, il parle espagnol et même un peu anglais, ce qui fait qu'il peut s'adapter à chaque nouvel élément et lui dire précisément ce qu'il attend de lui.»

Envoyer du jeu

Promu en Super League, le club de la Pontaise va toutefois devoir faire avec peu de moyens. Fabio Celestini dispose, en effet, du contingent le moins onéreux de sa division. «C'est bien joli de vaincre des adversaires comme Bâle ou Marseille. Ca montre qu'on est sur le bon chemin, qu'on commence à trouver notre rythme de croisière pour le Championnat. Après, ce ne sont que des matches amicaux... Ce n'est pas cela qui nous fera gagner trois points en Super League», a justement rappelé Manière.

Le stoppeur risque d'être souvent sollicité cette année, comme mardi d'ailleurs. «Oui et non, a-t-il analysé. Car je pense que nous sommes toujours une équipe joueuse. Que ce soit Bâle ou Young Boys, on va essayer de jouer au ballon, d'imposer notre jeu. Le staff a bâti l'équipe pour ça et n'ont pas recruté deux 'tours' derrière pour gagner tous les duels et balancer le cuir à l'avant. C'est ce qui fait notre force et on va s'appuyer sur ça. Si on va à St-Jacques pour défendre, on va en prendre huit...» A Lausanne, on n'a toujours pas d'argent, mais on a dorénavant des idées. C'est toujours ça.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!