Actualisé 05.03.2012 à 17:47

GenèveManif: perturbations sur le réseau TPG

Une manifestation de Tamouls a provoqué des ralentissements entre la gare Cornavin et la place des Nations, lundi.

von
fkh

En raison d'une manifestation contre les violations des droits de l'homme au Sri-Lanka, les lignes 5, V, F et Z sont actuellement perturbées entre la gare Cornavin et les Nations.

Certains arrêts ne sont plus desservis: La Poste, Beaulacre, Valais et Varembé. Des déviations ont été mises en place.

Tribunal demandé

Entre 3500 et 4000 Tamouls, selon la police, se sont rassemblés devant le siège de l'ONU, pour réclamer justice. Les manifestants, venus de toute l'Europe, ont demandé la création d'un tribunal international pour juger les crimes de guerre commis en 2009 par les autorités du Sri Lanka.

Les protestataires se sont rassemblés au parc des Cropettes, de 11h30 à 14h avant de se rendre en cortège, jusqu'à la place des Nations en agitant des drapeaux de l'Eelam tamoul, ainsi que des drapeaux britanniques et français. Ils ont brandi des banderoles et des pancartes en faveur de l'autodétermination du peuple tamoul et dénoncé les «génocidaires».

«Les crimes de guerre sont prouvés. Nous réclamons justice», affirmaient de nombreuses pancartes. D'autres demandaient que le Sri Lanka publie «la liste de 18'000 détenus», d'autres dénonçaient l'utilisation des enfants tamouls comme «esclaves sexuels».

Sur la place des Nations, les manifestants ont rendu hommage aux victimes de la guerre civile qui a fait des dizaines de milliers de morts en 2009 et au cours de laquelle la guérilla des Tigres de libération tamoule (LTTE) a été éliminée du nord et de l'est du Sri Lanka par l'armée gouvernementale.

Appel au Conseil de l'ONU

La manifestation marquait également la fin d'une «marche pour la justice» organisée par trois Tamouls en exil de Bruxelles à Genève. Les associations tamouls veulent que le Conseil des droits de l'homme, réuni jusqu'au 23 mars, adopte une résolution sur le Sri Lanka.

Lors de la précédente session en septembre, le Conseil avait reporté sa décision en attendant le résultat des enquêtes des autorités de Colombo.

Un rapport publié l'an dernier par l'ONU a mis en lumière «des allégations crédibles» selon lesquelles les militaires srilankais et les rebelles tamouls se sont rendus coupables de violations des droits de l'homme qui pourraient relever de crimes de guerre ou de crimes contre l'humanité.

«Trois ans se sont écoulés depuis que le gouvernement du Sri Lanka a annoncé la fin du conflit armé, mais à ce jour, il n'a pas pris de mesures en vue d'une solution politique permanente pour les véritables aspirations du peuple Eelam tamoul», a expliqué dans un communiqué le comité de coordination des Tamouls de Suisse.

Les associations tamoules demandent aux pays membres de l'ONU d'ouvrir «une enquête internationale indépendante sur le génocide systématique des Tamouls par les gouvernements cinghalais successifs» au Sri Lanka.

Retrait de l'armée

Elles exigent aussi le retrait de l'armée cinghalaise du nord et de l'est de l'île afin de faciliter le retour à la normale pour la population, l'organisation par l'ONU d'un référendum et le droit à l'autodétermination des Tamouls. Elles réclament en outre une amnistie générale pour les prisonniers politiques et leur libération sans délai.

«Nous appelons les gouvernements des pays membres de l'ONU à passer des paroles aux actes et à se mobiliser afin de rendre justice aux Tamouls», ont demandé les associations tamoules. «La seule manière de rétablir la paix dans la région, c'est de faire respecter le droit international», conclut leur communiqué.

Au début de la session du Conseil des droits de l'homme, les Etats-Unis ont annoncé leur intention de déposer un projet de résolution pour soutenir «un processus de vraie réconciliation» au Sri Lanka. Washington veut que Colombo s'engage à prendre des mesures pour lutter contre l'impunité. Les autorités de Colombo refusent, elles, toute ingérence extérieure.

Perturbations en fin de journée

A la fin de la manifestation, vers 18h00-18h30, pour le retour sur la gare, d'autres perturbations sont également prévues sur les axes de l'avenue de France - route de Ferney - place des Nations. (fkh/ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!