Berne: Manif pour le Gripen: l'oubli des présidents épinglé
Actualisé

BerneManif pour le Gripen: l'oubli des présidents épinglé

La police bernoise du commerce a saisi la justice contre les quatre présidents de parti qui ont manifesté jeudi sur la place Fédérale. Les politiciens n'avaient pas demandé l'autorisation. Christophe Darbellay s'explique.

L'action en faveur du Gripen organisée jeudi par les présidents des partis bourgeois, Toni Brunner (UDC), Philipp Müller (PLR), Christophe Darbellay (PDC) et Martin Landolt (PBD) sur la Place fédérale n'est pas restée sans conséquence: la police municipale bernoise du commerce porte plainte.

Les quatre présidents de partis auraient dû demander l'autorisation de la ville de Berne, a indiqué à l'ats Marc Heeb, chef de service de la police, confirmant une information du «Sonntagsblick», mise en ligne samedi sur «blick.ch». Or, la municipalité n'a pas été contactée par les organisateurs de l'événement.

Le règlement interdit de surcroît toute manifestation pendant une session des Chambres fédérales de lundi à vendredi. Les politiciens doivent s'attendre à une amende. Celle-ci ne devrait toutefois pas dépasser les 5000 francs et pourra être contestée.

Selon Marc Heeb, il arrive fréquemment que la police du commerce doive sanctionner des manifestations organisées sans autorisation à Berne.

Réaction exagérée

Pour donner une certaine visibilité à leur action, les quatre présidents de partis sont montés sur une nacelle qui s'est élevée d'environ cinq mètres au-dessus du sol. Une grosse affiche en faveur de l'appareil militaire s'est alors déployée.

Vu le caractère politique de l'action et l'appel à voter en faveur du Gripen dimanche prochain, il ne fait aucun doute pour Marc Heeb qu'il s'agissait d'une manifestation.

Selon Christophe Darbellay, qui a réagi sur Twitter, cette plainte est exagérée. Et au chef du PDC d'ironiser: «Nous sommes plus civilisés que les 'black block'».

Le PLR comme organisateur

Le président du PDC Christophe Darbellay ignorait qu'une autorisation de la ville de Berne était nécessaire, lorsque des parlementaires manifestent sur la Place fédérale.

La police municipale du commerce envisage de porter plainte, après une action des partis bourgeois (PDC, UDC, PLR, PBD) en faveur du Gripen, organisée jeudi devant la Coupole.

Selon Christophe Darbellay, interrogé par l'ats, c'est le PLR qui a organisé la manifestation. Son président, Philipp Müller n'a cependant pas donné d'indications à ce sujet. Il déplore en revanche l'attitude de la municipalité bernoise: «C'est dommage que la ville n'ait rien d'autre à faire que de porter plainte», a-t-il regretté.

En tant que politiciens, nous sommes régulièrement abordés par des militants qui manifestent sur la Place fédérale, sans que la ville n'ait donné son feu vert, rappelle-t-il. D'après lui, les conditions d'octroi ne sont pas les mêmes pour tous.

Respect de la séparation des pouvoirs

Les organisateurs sont nombreux à distribuer leurs flyers devant la Coupole pendant la session, abonde Christophe Darbellay. Ce dernier compte se renseigner auprès de son collègue de parti et directeur de la sécurité à Berne Reto Nause. La municipalité ne devrait pas en faire tout un pataquès, suggère-t-il.

Reto Nause a indiqué à l'ats qu'il avait eu connaissance qu'une telle plainte était envisagée. En raison d'une séparation claire des pouvoirs, les autorités politiques n'ont cependant pas à se prononcer, a-t-il expliqué. (ats)

Ton opinion