Vaud: Manifestants écolos acquittés en deuxième instance

Publié

Canton de VaudManifestants écolos entièrement acquittés en deuxième instance

Le Tribunal cantonal a disculpé trois militants qui avaient tenté de bloquer le trafic à Lausanne, en décembre 2019.

par
Marc Fragnière
Les activistes arrêtés par les forces de l’ordre.

Les activistes arrêtés par les forces de l’ordre.

DR

Lors d’une opération orchestrée par Extinction Rebellion, une centaine d’activistes avaient pris part à des actions de blocage le 14 décembre 2019. Le gros de la troupe avait occupé pacifiquement la rue Centrale, à Lausanne. Une poignée d’autres manifestants avaient tenté d’en faire de même à la place Saint-François. La police était intervenue aussitôt que ces derniers avaient tenté d’arrêter le trafic. Trois d’entre eux avaient été reconnus coupables d’entrave aux services d’intérêt général et de violation simple des règles de la circulation routière par le Tribunal de Police. Le Tribunal cantonal les a disculpés.

«Contrairement à la première instance qui avait analysé le cas selon le code pénal, la cour cantonale a examiné l’affaire sous l’angle de la Convention européenne des droits de l’homme (CEDH) et elle a reconnu qu’il y avait un problème», a éclairé Me Florian Thiébaut, avocat des prévenus. Avec son intervention immédiate, la police n’avait, en effet, pas respecté les droits fondamentaux des manifestants. «Même s'il s'agit d'une manifestation n'ayant pas formellement été autorisée, les militants doivent pouvoir exprimer leur opinion dans l'espace public et un délai de tolérance doit être octroyé», rappelle l’homme de droit, qui se base sur la CEDH.

Ne ratez plus aucune info

Pour rester informé(e) sur vos thématiques préférées et ne rien manquer de l’actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque jour, directement dans votre boite mail, l'essentiel des infos de la journée.

Ton opinion

80 commentaires