Proche-Orient: Manifestation à Jérusalem contre le gel de la colonisation
Actualisé

Proche-OrientManifestation à Jérusalem contre le gel de la colonisation

Des milliers de colons juifs de Cisjordanie et leurs partisans ont manifesté mercredi soir à Jérusalem, près de la résidence officielle de Benjamin Netanyahu.

Ils protestaient contre la décision du premier ministre israélien de geler pendant dix mois les constructions de logements dans les implantations.

La manifestation, qui dans l'ensemble s'est déroulée sans incidents, était le premier grand rassemblement, depuis des années, de colons protestant contre des mesures gouvernementales de suspension des activités de colonisation en Cisjordanie occupée. Le slogan principal des manifestants, «Brisez le gel!» était visible parmi d'autres sur les banderoles.

«Les milliers de personnes présentes ici nous donnent le courage de nous dresser contre le gouvernement et de trouver le moyen de poursuivre la construction de toutes les communautés juives de Judée- Samarie (Cisjordanie)», a déclaré un dirigeant de colons, Pinhas Wallerstein, présent au rassemblement.

La décision annoncée le 25 novembre par Benjamin Netanyahu de geler certaines constructions de logements visait à favoriser une reprise des négociations de paix avec les Palestiniens. Celles-ci sont gelées depuis un an, mais les Palestiniens exigent en préalable à leur reprise l'arrêt de toute activité de colonisation.

Par ailleurs, le Parlement européen a indiqué mercredi avoir demandé des explications aux autorités israéliennes qui ont empêché une délégation de députés européens de se rendre dans la bande de Gaza.

Le Parlement européen veut des explications

«Israël a accordé hier (mardi) une autorisation à tous les membres de notre délégation (...) Mais trois heures plus tard, l'entrée a été annulée 'pour des raisons de sécurité', sans plus d'explication. Nous réclamons une explication complète sur les risques invoqués par Israël», indiquait un communiqué du Parlement européen.

«Il est très curieux, selon le communiqué, que l'annulation soit intervenue quelques heures après l'annonce de la déclaration du Conseil de l'Union européenne réaffirmant la position forte de l'Europe en faveur d'un Etat palestinien basé sur les frontières de 1967 et de la fin des implantations en Cisjordanie, y compris Jérusalem-est».

Le porte-parole du ministère israélien des Affaires étrangères a expliqué que «l'entrée de responsables étrangers dans la bande de Gaza sera exploitée par cette organisation terroriste (Hamas) afin d'obtenir une respectabilité et poursuivre sa politique de terreur contre les Palestiniens et les Israéliens».

A Gaza, Ahmed Bahar, l'adjoint du président du parlement palestinien, a critiqué la décision israélienne, qualifiée de «tentative désespérée de contenir la sympathie internationale croissante pour la cause juste de notre peuple». (ats)

Ton opinion