Afghanistan: Manifestation à Kaboul pour dénoncer l'attentat
Actualisé

AfghanistanManifestation à Kaboul pour dénoncer l'attentat

Une centaine de personnes ont défilé dimanche dans les rues de Kaboul en brandissant des pancartes «Non au terrorisme!»

Elles dénonçaient l'attaque d'un commando-suicide taliban qui a fait 21 morts, dont 13 étrangers, vendredi soir dans un restaurant de la ville. Les participants se sont d'abord réunis devant le restaurant visé par l'attaque, «La Taverne du Liban», une adresse du centre-ville prisée par les diplomates, consultants, travailleurs humanitaires et autres représentants de la communauté expatriée. Ils ont déposé des gerbes de fleurs devant l'entrée partiellement détruite de l'établissement. Un homme a joué le rôle d'une victime en s'effondrant lourdement sur la chaussée, comme touché par une balle, avant qu'une jeune femme ne dessine symboliquement sa silhouette sur le sol avec une bombe de peinture blanche.

«Unis face aux attaques»

Les manifestants ont ensuite défilé pendant une heure dans les rues de la capitale afghane en scandant des slogans dénonçant les violences dans le pays, en proie à une insurrection meurtrière des talibans. «Nous sommes ici pour dénoncer l'acte terroriste qui a eu lieu à Kaboul il y a deux jours», a déclaré à l'AFP une des participantes, Lailee Rahimi. «Nous voulons rendre hommage aux victimes, et montrer que les Afghans resteront unis face à ces attaques». Vendredi, peu après 19H00, un kamikaze s'est fait exploser devant les portes blindées du restaurant. Profitant de la confusion causée par la puissante détonation, deux autres assaillants se sont introduits dans l'établissement et ont ouvert le feu sur les clients, avant d'être abattus par les forces spéciales afghanes. Commis dans le quartier de Wazir Akbar Khan, l'attentat a été revendiqué par les talibans en représailles d'un raid aérien qui a coûté la vie à huit civils cette semaine, dans la province de Parwan.

Dispositif de sécurité à réexaminer

«C'est un acte méprisable», a déclaré le porte-parole du ministère de l'Intérieur, Sediq Sediqqi, présent lors du rassemblement. Il a annoncé que les autorités afghanes allaient procéder à un «réexamen» du dispositif de sécurité dans la capitale. «Nous prendrons de nouvelles mesures», a-t-il assuré. «Nous ferons tout notre possible pour assurer la sécurité des Afghans et des étrangers», alors que l'attentat a jeté l'effroi au sein de la communauté expatriée.

Engagement international réaffirmé

L'attaque contre la Taverne du Liban est la plus meurtrière commise en Afghanistan contre des civils étrangers depuis la chute du régime taliban en 2001. Elle a été condamnée unanimement par la communauté internationale, qui a dénoncé un acte de violence «épouvantable» et «injustifiable». Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a de son côté promis samedi que les Nations unies continueraient d'oeuvrer «pour la paix et la stabilité» en Afghanistan, en dépit de la mort de quatre de ses employés dans l'attentat. «Nous soutenons pleinement la transition de l'Afghanistan vers un avenir meilleur», a-t-il déclaré à New York. «Alors que les Nations unies déplorent cet attentat terroriste et ses victimes, nous restons engagés à travailler pour la paix, la stabilité et le développement de l'Afghanistan», a-t-il promis. L'ambassadrice américaine à l'ONU, Samantha Power, a pour sa part fustigé un «attentat lâche». Elle a souligné dans un communiqué que «ni les Etats-Unis ni la communauté internationale ne vacilleront dans leur engagement au côté du peuple d'Afghanistan». (ats)

Ton opinion