Actualisé 26.09.2018 à 09:31

Estavayer-le-lac (FR)

Manifestation antispéciste sous haute tension

Des dizaines d'activistes sont attendus aux abords de l'un des abattoirs de la localité, de mercredi midi à jeudi matin.

de
Xavier Fernandez

Annuel et international, le rassemblement risque bien de se dérouler dans un climat de tensions. Et ce pour plusieurs raisons. Tout d'abord, les antispécistes suisses ne disposent pas des autorisations nécessaires pour manifester devant l'enseigne staviacoise Marmy Viande en gros, de mercredi midi à jeudi matin, comme ils prévoient de le faire.

«Le concept qu'on nous a présenté se nomme une Nuit debout et révoltée devant les abattoirs. Il n'y a donc aucune raison pour que les manifestants soient présents en journée», commente le préfet du district de la Broye, Nicolas Kilchoer. Cela dit, les activistes n'ont pas l'intention d'attendre 18h. Et ils ne pensent pas non plus respecter les autres restrictions imposées par la préfecture, telles que l'interdiction d'utiliser des mégaphones ou de lancer des fumigènes.

«Désobéissance civile»

De plus, le groupe 269 Libération animale qui organise cette soirée d'action prône, notamment sur les réseaux sociaux, des stratégies «offensives», ainsi que la «désobéissance civile». Mais, quantitativement, ils ne seront pas très nombreux. «Sur place, nous serons quelques dizaines. Environ 80 au maximum», concède la responsable, Elisa Keller.

Quant aux policiers présents, le préfet ne souhaite pas articuler de chiffre. Mais il souligne qu'ils seront en nombre suffisant pour éviter d'éventuels débordements. «Et, de plus, si des infractions sont commises, les responsables seront poursuivis pénalement et devront assumer leurs actes», prévient l'élu broyard. Pour ce dernier, l'important est que deux principes de base soient respectés: que l'entreprise Marmy puisse travailler normalement et que la manifestation se déroule pacifiquement. En conséquence, les policiers n'emploieront la force qu'en dernier recours. Mais, pour rappel, des actions illégales et violentes revendiquées par des antispécistes ont été commises ces derniers jours.

Pas dispositif particulier

En outre, l'abattoir n'a pas prévu de dispositif particulier pour se protéger. Mais les 140 collaborateurs ont été avertis qu'ils risquent de vivre une journée un peu spéciale. Quant au directeur, il est confiant: «Au vu des précédentes éditions qui se sont déroulées dans le calme, je pense que cette manifestation sera pacifique même si nous sommes parés à toutes les éventualités. De plus, Nous n'avons que rarement des abattages les mercredis. Quant au jeudi, nous travaillerons comme à nos habitudes», commente Bruno Marmy.

Ce dernier rappelle également que son entreprise n'a pas attendu cette manifestation pour mettre en place différentes mesures portant sur le bien-être des animaux avant leur mise à mort. «Nous avons notamment un contrat avec la Protection suisse des animaux (PSA), un organisme indépendant, qui peut à tout moment et sans s'annoncer faire des contrôles dans l'ensemble de notre entreprise. Et nous disposons aussi de caméras de surveillance qui enregistrent toutes les zones dans lesquelles les bovins sont vivants. Ces images sont à disposition tant de la PSA que du service vétérinaire cantonal. Toutes ces mesures qui vont bien au-delà des exigences légales démontrent bien que nous n'avons rien à cacher», signale Bruno Marmy.

Dans plusieurs pays simultanément La Nuit debout devant les abattoirs est une manifestation organisée aussi bien en France qu'en Belgique, qu'en Australie ou en Suisse. Pour cette édition 2018, les organisateurs espèrent réunir environ 600 personnes à l'échelle de la planète.

Dans plusieurs pays simultanément La Nuit debout devant les abattoirs est une manifestation organisée aussi bien en France qu'en Belgique, qu'en Australie ou en Suisse. Pour cette édition 2018, les organisateurs espèrent réunir environ 600 personnes à l'échelle de la planète.

Dans plusieurs pays simultanément La Nuit debout devant les abattoirs est une manifestation organisée aussi bien en France qu'en Belgique, qu'en Australie ou en Suisse. Pour cette édition 2018, les organisateurs espèrent réunir environ 600 personnes à l'échelle de la planète.

Dans plusieurs pays simultanément La Nuit debout devant les abattoirs est une manifestation organisée aussi bien en France qu'en Belgique, qu'en Australie ou en Suisse. Pour cette édition 2018, les organisateurs espèrent réunir environ 600 personnes à l'échelle de la planète.

Dans plusieurs pays simultanément La Nuit debout devant les abattoirs est une manifestation organisée aussi bien en France qu'en Belgique, qu'en Australie ou en Suisse. Pour cette édition 2018, les organisateurs espèrent réunir environ 600 personnes à l'échelle de la planète.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!