Actualisé 17.04.2014 à 16:04

GenèveManifestation contre Poutine au bord du Léman

Un rassemblement pro-Ukrainien s'est tenu ce jeudi, en face du Palais Wilson, à Genève. Une conférence internationale se tient à l'hôtel Intercontinental.

par
Julien Culet

En marge des pourparlers qui se déroulent à l'hôtel Intercontinental, une cinquantaine de manifestants se sont réunis devant le Palais Wilson pour soutenir l'Ukraine, ce jeudi à partir de 12h. Au bord du lac Léman, dans une nuée de moucherons, Ukrainiens mais également Géorgiens et Lituaniens ont appelé à une issue pacifique à la crise que traverse actuellement le «grenier à blé de l'Europe».

«Nous sommes rassemblés contre la guerre, pour protéger nos familles qui sont en danger, explique Hanna Perekhoda, une des organisatrices de la manifestation. La vraie guerre civile se déclenchera si le pays se divise car beaucoup d'habitants de l'est veulent rester Ukrainiens.» La jeune femme veut croire à une issue favorable à l'unité de sa patrie. «Nous devons être optimiste. C'est difficile mais il ne faut pas se décourager. Au Conseil de sécurité de l'ONU, les autres pays nous soutiennent.»

Discours et chants ont animé ce rassemblement pacifique, dont le seul incident à déplorer est à mettre sur le compte d'un livreur à vélo excédé de se voir bloquer le passage sur la piste cyclable. Aucune Femen en vue. Hanna, qui ignorait l'arrestation de deux d'entre elles durant la matinée, assure qu'elles n'ont aucun lien avec le mouvement. «Ici, tout le monde ne soutient pas leurs actions provocatrices», explique-t-elle.

Non loin des Ukrainiens, une dizaine de réfugiés iraniens voulant sensibiliser sur les camps d'Ashraf et Liberty, en Irak, ont tenté à plusieurs reprises de faire entendre leur voix. Présents depuis plusieurs mois, ils réclament la justice pour les massacres survenus et la libération de leurs compatriotes.

Le rassemblement anti-Poutine est prévu pour durer jusqu'à 16h-17h. Il ne marchera pas sur la Place des Nations, n'ayant pas reçu les autorisations nécessaires auprès de la police genevoise.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!