Yémen: Manifestation d'opposants au président Saleh
Actualisé

YémenManifestation d'opposants au président Saleh

Des milliers de personnes sont descendues dans la rue pour réclamer le départ du président yéménite.

Des dizaines de milliers de Yéménites réclamant la départ du pouvoir du président Ali Abdallah Saleh ont manifesté vendredi dans la capitale Sanaa. Ils étaient protégés par des forces armées ayant fait dissidence.

«Le peuple yéménite n'arrêtera pas (de manifester) jusqu'à ce qu'il soit libre» ou «Nous ne plierons pas, nous mourrons ou nous gagnerons», scandaient les protestataires, protégés par les troupes du général Ali Mohsen al-Ahmar, qui s'est rallié au mouvement de contestation en mars.

Les soldats ont paradé sur la rue Sittine avant le début de la prière hebdomadaire musulmane, se présentant comme les «Brigades de la victoire».

Selon des témoins, des rassemblements ont également eu lieu à Ibb et à Taëz, la deuxième ville du pays, où des milliers de manifestants ont défilé vers le quartier général des forces de sécurité qui ont ouvert le feu pour les disperser.

Dans le quartier d'Al-Raheda à Taëz, des forces loyales au président Saleh ont également tiré sur des manifestants, blessant un, ont affirmé des organisateurs.

Parallèlement, des milliers de partisans de M. Saleh se sont rassemblés sur la place Sabiine à Sanaa, appelant au retour du président, en convalescence en Arabie saoudite où il a été soigné après avoir été blessé dans une attaque contre son palais le 3 juin.

M. Saleh, au pouvoir depuis 1978, a chargé en début de semaine son vice-président de négocier avec l'opposition un transfert du pouvoir. Il refusait jusqu'à présent de signer le plan des monarchies du Golfe malgré les fortes pressions internationales.

Les experts ont averti que le Yémen, pays le plus pauvre du monde arabe, risquait une catastrophe économique et humanitaire en l'absence d'un règlement politique rapide, alors que Al-Qaïda a mis à profit l'affaiblissement du pouvoir central pour renforcer sa présence dans le sud du pays.

(ats/afp)

Ton opinion